Photo de Bruno Sido

Interventions en commissions de Bruno Sido


1227 interventions trouvées.

En effet, il ne faut pas oublier que si les Américains et les Russes ont réussi à développer leur secteur spatial, c'est grâce aux Allemands. À la fin de la guerre, ils ont recruté chacun la moitié des chercheurs de ce pays. Les Allemands ont un vrai savoir-faire. Mais les autres pays, la France en particulier, ont toujours considéré l'Allemagn...

Pour ce qui me concerne, je considère qu'Ariane 6 est un avatar d'Ariane 5, sans réelle nouveauté majeure : on a essayé de construire un lanceur « low-cost » pour continuer à disposer de notre propre lanceur, mais il n'a aucune des qualités requises pour demain. En particulier, les constellations de satellites réclament une précision extraordin...

En conclusion, il ne faut pas oublier qu'Ariane 5 n'a pas été prévue à l'origine pour lancer des satellites, mais pour lancer la navette Hermès. Et donc si par exemple le moteur Vulcain s'allume quelques secondes avant le décollage, c'est parce que le protocole le prévoyait, s'il y avait des hommes à l'intérieur de la navette, pour vérifier son...

Je vous prie d'excuser l'absence de Gérard Longuet, retenu dans sa circonscription. Notre premier vice-président, Cédric Villani, nous rejoindra dans un instant. Trois points sont inscrits à notre ordre du jour : la présentation de la note scientifique relative à l'exploration de la planète Mars, l'examen des conclusions de l'audition publique ...

Il ne me semble pas que Space X ait jamais réussi à réutiliser une fusée récupérée entière.

Catherine Procaccia et moi-même, dans le cadre de notre rapport précité, nous sommes rendus dans les locaux de Space X à Los Angeles. Leur technique de construction de fusées, de l'ordre du « meccano », est très différente de celle qui est habituellement utilisée.

C'est la première fois que j'entends dire que les radiofréquences sont reconnues comme cancérigènes possibles. Il me semble au contraire que toutes les études montrent qu'elles n'ont pas d'effet.

Je vous posais la question parce que cette mention sera certainement remarquée et pourrait relancer une polémique embarrassante.

Si j'ai bien compris, vous n'êtes pas les auteurs de cet algorithme. Pouvez-vous nous en dire plus sur l'algorithme utilisé, son auteur, ses finalités ?

Ne prenons-nous pas le risque que notre position soit considérée comme une injonction au Gouvernement ?

Le Gouvernement semble surtout vouloir être libre de ses mouvements !

Souvent, l'adverbe « notamment » ne renvoie qu'à la liste qui le suit.

La commission spéciale ne sera pas par définition pérenne. Aurons-nous d'autres occasions d'échanger sur le Brexit ?

Dans le cas où le processus du Brexit irait à son terme, comment discuterait-on du sort de la Grande Bretagne au Sénat ? Relèverait-il de la commission des affaires européennes ou de la commission des affaires étrangères ?

Je salue également le rapporteur, qui a fourni un travail considérable. Les Britanniques sont effectivement pragmatiques et ne se posent pas autant de questions que nous. Cela fait bien longtemps qu'il y a des Français en Grande-Bretagne et des Britanniques en France ! Je ne comprends pas pourquoi le président Pompidou a absolument souhaité q...

S'il était au Gouvernement, M. Masson ferait exactement la même chose. On ne sait pas comment les choses vont évoluer, donc il est impossible de présenter des habilitations ultra-précises. Elles sont forcément larges pour préserver les marges de manoeuvre du Gouvernement. La motion n° COM-2 n'est pas adoptée.

Quel sort sera réservé aux quelque mille fonctionnaires européens de nationalité britannique ? J'ai cru comprendre, lors de l'audition du ministre de l'Action et des Comptes publics ce matin, qu'ils le resteraient après le Brexit. Si tel est le cas, quid du parallélisme des formes avec les Britanniques qui sont fonctionnaires en France ?

Je comprends la décision de M. Juncker qui ne veut pas mettre de l'huile sur le feu. Mais en cas de « hard Brexit », le maintien de fonctionnaires européens britanniques serait inimaginable.