⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Intervention de Gilles Dansart

Délégation sénatoriale à la prospective — Réunion du 12 décembre 2018 à 14h35
Vers une tarification à l'usage des mobilités

Gilles Dansart, journaliste spécialisé en transports, rédacteur en chef de Mobilettre :

Pourquoi n'y a-t-il pas de contestation des tarifs des vélos en libre-service ? Pour la même raison de qualité de service.

La qualité de service représente donc le point clé, le point de départ de toute acceptation des politiques de mobilité. Les tarifications à l'usage permettront d'aboutir à des offres bien calibrées et exécutées, avec une grande qualité de service.

Par ailleurs, il convient de mettre en place davantage de régulation de qualité, ainsi que des investissements bien conçus. Pendant longtemps, les acteurs publics se sont contentés de proposer des offres de transports. Philippe Duron ici présent a, depuis de nombreuses années, rappelé qu'il fallait mettre l'accent sur les hubs et les lieux d'intermodalité, dans lesquels se déclenchent l'ensemble des modes de transport. Si la tarification à l'usage de développe sur les décombres d'une mobilité défaillante, les défaillances se répercuteront en cascade.

Finalement dans le monde moderne, le citoyen sera de plus en plus décisionnaire du mode de transport qu'il empruntera. La consommation actuelle de mobilité est laissée à son appréciation dans un certain nombre de cas. Dans d'autres, la mobilité est encore contrainte, comme le RER A à Paris. Néanmoins de plus en plus fréquemment, l'offre multiple permet au citoyen de choisir. Cela ne signifie pas pour autant que dans de très nombreux cas, le citoyen n'aura pas d'autre choix que celui de prendre la voiture. Les enquêtes montrent que les choix de logement sont de plus en plus dictés par la présence de moyens de transports. À Bayonne, le prix du mètre carré a grimpé à 5 600 euros le long du Trambus.

Enfin, il ne faut pas oublier les impératifs de simplicité et de lisibilité, sans lesquels toute innovation en matière tarifaire et de mobilité serait condamnée à l'échec. De ce point de vue, un grand défi est posé aux collectivités locales en matière de billettique, d'information et de tarification.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion