⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Intervention de Yannick Vaugrenard

Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées — Réunion du 1er juin 2022 à 10h00
Audition de M. éric Béranger président-directeur général de mbda

Photo de Yannick VaugrenardYannick Vaugrenard :

Mes interrogations, ainsi que celles de Pascal Allizard, s'inscrivent dans le prolongement de votre définition de notre souveraineté dans le domaine de la défense, à savoir la liberté d'appréciation, d'action et de décision. Dans le cadre du conflit ukrainien, la Russie et la Chine envoient des messages en direction de l'Occident, au travers notamment de l'usage potentiel des missiles hypersoniques.

Sur le plan défensif, disposons-nous des armes capables de nous prémunir de cette menace éventuelle ? Nos systèmes actuels de défense sont-ils en mesure d'intercepter le missile « Kinjal » russe ? Cela pose la question plus générale d'une défense aérienne à l'échelle du territoire national qui va bien au-delà de la simple protection de quelques points sensibles.

Développez-vous des projets en ce sens au niveau offensif ? La France a communiqué en mars sur l'essai réussi du missile stratégique air-sol moyenne portée amélioré (ASMP-A), dont l'utilisation est jusqu'à présent réservée à la dissuasion nucléaire. Quel est l'état d'avancement de notre recherche et développement dans ce domaine ? Les missiles hypersoniques sont-ils indispensables pour contrer les nouvelles menaces russes et chinoises ?

M. Pascal Allizard suit de près le financement de la base industrielle et technologique de défense européenne. Selon lui, en tant que co-entreprise implantée en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni, MBDA doit être particulièrement sensible à l'évolution des normes prudentielles et au projet de taxonomie européenne visant à exclure l'industrie de défense des labels de financement durable. À cet égard, les critères de financement de la Banque européenne d'investissement (BEI) se limitent aux technologies à double usage, en excluant les projets strictement militaires. Vous avez déclaré que nous devions être vigilants par rapport aux décisions européennes. Au-delà de cette vigilance, quel virage doit prendre l'Union européenne pour assurer à ses industries de défense un environnement normatif équitable par rapport à nos concurrents extra-européens, notamment les États-Unis et Israël ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion