Intervention de Pierre Lellouche

Réunion du 7 juillet 2011 à 10h00
Règlement des comptes et rapport de gestion pour l'année 2010 — Adoption définitive d'un projet de loi

Pierre Lellouche, secrétaire d'État :

Nous ne sommes toujours pas sortis de la crise financière de 2007 et 2008. Celle-ci a été responsable de cinquante millions de chômeurs dans le monde, et de 500 000 en France. Ses répercussions ont été considérables sur l’économie réelle de notre pays et c’est de manière très lente que nous en sortons. Cessez de le nier !

Heureusement, le Gouvernement a pris de nombreuses mesures, à commencer par le plan de relance, qui a permis d’éviter l’effondrement de l’économie réelle ; en outre, les fonds ont été pour l’essentiel remboursés, comme le montrent les exemples des banques et de l’industrie automobile. Il faut aussi citer le financement de dépenses d’avenir, le grand emprunt, qui « booste » aujourd’hui notre tissu industriel.

Vous avez cité les déficits « abyssaux », dites-vous, de notre commerce extérieur. Mais c’est le résultat de la désindustrialisation de la France, que vous ne sauriez mettre au passif de la politique conduite pendant les quatre dernières années !

Pourquoi croyez-vous que, hier, le Président de la République a rendu hommage au Président Pompidou ? C’est parce que les fleurons de notre industrie, ceux qui étaient capables d’exporter, sont nés il y a quarante ans ! Qu’avons-nous fait depuis ?

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion