Photo de Daniel Chasseing

Interventions sur "centre" de Daniel Chasseing


5 interventions trouvées.

Le Gouvernement ne souhaite pas une extension aux centres privés… Peut-être est-ce pour ne pas créer une demande massive de la part des femmes. Mais c’est surtout, vous l’avez souligné, madame la ministre, pour ne pas aller vers une marchandisation de ces activités. Il ne faut pas fantasmer sur les dérives possibles des centres privés. Il n’y a pas forcément de raisons pour qu’ils incitent plus que les centres publics les femmes à conserver un volume ...

...tion mondiale de la santé), 50 % des maladies psychiatriques de l’adulte apparaissent avant 16 ans. Aussi, la première priorité est la nécessité d’intervenir au stade le plus précoce, lorsque les chances de rémission et la réponse aux traitements sont les meilleures. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, qui prévoit un examen systématiquement des enfants lors de leur entrée en centre départemental de l’enfance, va dans le bon sens, notamment pour les mineurs non accompagnés (MNA). Il s’agit aussi d’éviter les complications liées à l’absence de traitement qui influencent à long terme le parcours de l’enfant. Soigner le plus tôt possible, c’est aussi prévenir les risques d’isolement, de décrochage scolaire et d’addiction. La deuxième priorité, c’est la continuité des soins, so...

Dans ma commune, nous avons un CEF dont le directeur a à coeur de mettre en oeuvre un projet pédagogique de qualité destiné à assurer leur réinsertion. D'ailleurs, plus de la moitié des adolescents qui quittent ce centre en partent avec un projet. En ce qui concerne la pédopsychiatrie, dans mon département, la Corrèze, les services de psychiatrie n'acceptent pas de mineurs et la pédopsychiatrie n'y est pas implantée ; seuls une dizaine de lits se trouve en Haute-Vienne pour trois départements ! Cette situation s'avère catastrophique à la fois pour les adolescents internés en CEF et pour les médecins, qui ne peuve...

Ma commune abrite un centre éducatif fermé pour les 16-18 ans. Nous y collaborons, avec les artisans, pour faire découvrir le travail et les métiers. A 18 ans, il faudrait que chacun de ces jeunes sorte avec un projet. De tels centres ont besoin de plus d'accompagnement pour proposer une découverte des métiers, c'est ma première observation, que j'assortis d'une question : comment continuer à suivre ces jeunes après leur so...

Comme médecin, dans le centre dont j'ai parlé, où j'ai constaté que beaucoup de cannabis circulait, je n'ai pas le droit de faire doser les urines, pour savoir si un jeune en a consommé. Ce serait pourtant une première étape nécessaire pour faire évoluer les comportements.