⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Photo de Michelle Gréaume

Interventions sur "relation" de Michelle Gréaume


6 interventions trouvées.

Madame la présidente, madame, monsieur les ministres, mes chers collègues, à l’occasion d’un précédent débat, le groupe CRCE-K a dénoncé les fondements de nos rapports économiques, politiques, monétaires, diplomatiques et militaires, qui, de son point de vue, entravent depuis des années le développement des pays africains. Aujourd’hui, c’est la confiance même dans notre relation à l’Afrique qui est en jeu et mise en cause par ces rapports anachroniques, d’un autre temps, à mille lieues de tous les nouveaux enjeux du XXIe siècle. Je pense au franc CFA, aux traités de libre-échange ultralibéraux et au fait que la France n’a pas porté le fer contre le démantèlement des services publics et des embryons d’État social dans ces pays. Je pense aussi à notre silence face à la c...

...hangement climatique auxquels ils font face. Ensuite, plus globalement, il est nécessaire de revoir en profondeur la philosophie de notre aide, pour la tourner résolument vers la construction des bases solides d’un développement propre des pays destinataires et la dégager de toutes les logiques de pillage, qui persistent encore largement. Sans doute conviendrait-il de travailler en plus étroite relation avec les ONG présentes sur le terrain. Efforçons-nous également d’octroyer plus de dons que de prêts, puisque ces pays sont dans l’incapacité de rembourser. Tout en soutenant le développement du financement endogène dans ces pays, nous devons réviser les règles d’attribution des droits de tirage spéciaux (DTS) au Fonds monétaire international (FMI), en favorisant les critères de lutte contre la ...

Madame la présidente, madame, monsieur les ministres, mes chers collègues, à l'occasion d'un précédent débat, le groupe CRCE-K a dénoncé les fondements de nos rapports économiques, politiques, monétaires, diplomatiques et militaires, qui, de son point de vue, entravent depuis des années le développement des pays africains. Aujourd'hui, c'est la confiance même dans notre relation à l'Afrique qui est en jeu et mise en cause par ces rapports anachroniques, d'un autre temps, à mille lieues de tous les nouveaux enjeux du XXIe siècle. Je pense au franc CFA, aux traités de libre-échange ultralibéraux et au fait que la France n'a pas porté le fer contre le démantèlement des services publics et des embryons d'État social dans ces pays. Je pense aussi à notre silence face à la c...

...hangement climatique auxquels ils font face. Ensuite, plus globalement, il est nécessaire de revoir en profondeur la philosophie de notre aide, pour la tourner résolument vers la construction des bases solides d'un développement propre des pays destinataires et la dégager de toutes les logiques de pillage, qui persistent encore largement. Sans doute conviendrait-il de travailler en plus étroite relation avec les ONG présentes sur le terrain. Efforçons-nous également d'octroyer plus de dons que de prêts, puisque ces pays sont dans l'incapacité de rembourser. Tout en soutenant le développement du financement endogène dans ces pays, nous devons réviser les règles d'attribution des droits de tirage spéciaux (DTS) au FMI, en favorisant les critères de lutte contre la pauvreté et le financement à gra...

...australes et antarctiques françaises -, 200 000 ressortissants expatriés dans les pays littoraux de l'océan Indien, en Asie et en Océanie, 8 000 militaires en mission, 11 millions de kilomètres carrés de ZEE. Notre pays investit également 108 milliards d'euros dans la zone. Pensez-vous que la France, qui a l'opportunité d'être présente dans cette zone, a intérêt à y rester et à y garder de bonnes relations, d'autant que dans le cadre d'une coopération militaire entre la France et d'autres pays d'Asie le renforcement des liens industriels militaires avec des acteurs-clés de la région est nécessaire ?

...orités pakistanaises sur le boycott des produits français ? Le ministre du commerce s'est désolidarisé de cette campagne antifrançaise, pensez-vous qu'il ait à craindre pour sa sécurité ? Vous avez appelé nos ressortissants à quitter le pays et rapatrié une quinzaine de personnels diplomatiques, c'est que la situation est grave : comment pensez-vous possible de l'apaiser ? Enfin, quelles sont les relations du Pakistan avec Washington ?