Photo de Olivier Cigolotti

Interventions sur "sahel" d'Olivier Cigolotti


4 interventions trouvées.

Monsieur le président, madame la ministre, monsieur le ministre, mes chers collègues, je voudrais à mon tour et au nom de mon groupe remercier notre président Christian Cambon, qui a sollicité et obtenu ce débat très attendu sur toutes les travées de cet hémicycle. En effet, depuis neuf ans que nous avons débuté notre intervention au Mali et au Sahel, ce n’est que la seconde fois que nous avons l’occasion d’avoir un débat de fond sur la stratégie, les enjeux et les perspectives de l’opération Barkhane. Je tiens à saluer unanimement l’engagement opérationnel de nos forces mobilisées sur les différents théâtres d’opérations de cette bande sahélo-saharienne, au Mali comme au Niger. Sur ce territoire grand comme l’Europe tout entière et au clima...

L'histoire de ces dernières décennies nous démontre qu'il est difficile pour des forces conventionnelles occidentales de remporter des victoires importantes dans des conflits asymétriques. Les exemples sont nombreux, qu'il s'agisse du Vietnam, de l'Indochine ou de l'Afghanistan. Au Sahel, le conflit originel s'est transformé en une pluralité de conflits interethniques et parfois localisés. Il est difficile de gagner la guerre lorsque l'État est perçu, non pas comme protecteur, mais comme prédateur. Nos forces font un travail remarquable et remportent de nombreuses victoires, malheureusement parfois au prix du sacrifice suprême, face à une certaine forme de lâcheté des groupes ar...

L'organisation panafricaine a réaffirmé en février son souhait d'être écoutée sur cette question. Le conflit entre le gouvernement d'accord national et l'armée nationale libyenne est aussi un conflit par procuration et un enjeu pour les pays du Sahel. Selon vous, une coopération entre l'Union européenne et l'Union africaine pourrait-elle permettre de pacifier la Libye ?

La France est engagée au sein du G5 Sahel, auprès duquel est également impliquée l'armée tchadienne. Il n'est pas possible de nous en retirer, car la région constitue un terreau du terrorisme islamique. Le Tchad représente un allié solide, mais ne payons-nous pas, en l'espèce, au prix fort notre soutien au maréchal libyen Haftar ?