⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Photo de Françoise Laborde

Françoise Laborde
Question écrite N° 12859 au Ministère des affaires sociales (caduque)


Recherche scientifique sur les causes environnementales du cancer

Question soumise le 8 avril 2010

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

Email
par email

Mme Françoise Laborde attire l'attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur l'utilisation des moyens consacrés à la recherche scientifique relative aux causes environnementales du cancer, dans le cadre du plan cancer 2. Ce dernier, annoncé par le Président de la République en novembre dernier, représente un budget de 750 millions d'euros, destinés à la lutte contre le cancer, première cause de mortalité par maladie, en France. Le chef de l'État avait alors qualifié d'inacceptables les inégalités tant sociales que géographiques constatées face à la maladie, dont les principales causes seraient la consommation de tabac et d'alcool. Le plan cancer 2 met en oeuvre un volet prévention principalement consacré à ces deux fléaux ainsi qu'à la promotion d'une alimentation équilibrée et d'exercices physiques quotidiens. Or, le volet environnemental des causes de la maladie est absent du plan cancer 2. Alors qu'aujourd'hui certains médecins spécialisés en oncologie considèrent que 80 % des cancers ont une cause environnementale, cet oubli est dramatique. Compte tenu de l'avancée des connaissances scientifiques et médicales, le principe de précaution doit être appliqué en matière de contamination de l'eau, de l'air, des sols, de la nourriture, par des produits cancérigènes, comme par exemple l'usage de certains pesticides dans l'agriculture. Seule une volonté politique forte peut orienter et mobiliser les moyens nécessaires à la recherche scientifique, en vue d'identifier le rôle exact des polluants dans l'apparition des cancers. La France doit rassembler les disciplines scientifiques complémentaires et intensifier son effort de recherche, comme c'est déjà le cas à l'étranger : carcinogénèse ; toxicologie in vivo, in vitro, in silico ; toxicologie génomique ; épidémiologie descriptive et analytique ; épidémiologie moléculaire, biostatistiques ; biosurveillance ; etc. La mise en place de nouveaux outils est urgente et marquerait une prise de conscience nouvelle et de la volonté d'agir : création d'une chaire « Environnement / cancer », création d'un Institut de recherche sur les causes du cancer adossé à l'un des cancéropôles, promotion et développement de la chimie verte et plus largement des technologies vertes. Pour toutes ces raisons, elle lui demande, d'une part, quel budget sera consacré à la recherche des causes environnementales dans le cadre du plan cancer 2 et, d'autre part, quand seront mises en place des passerelles clairement identifiées entre les différents cancéropôles français et le pôle national en toxicologie et écotoxicologie, récemment créé.

Retirée (caduque)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion