⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Photo de Françoise Laborde

Françoise Laborde
Question écrite N° 16089 au Ministère des affaires sociales (caduque)


Recul de l'assurance maladie solidaire et universelle

Question soumise le 18 novembre 2010

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

Email
par email

Mme Françoise Laborde attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur les conséquences alarmantes du plan de rigueur engagé par le Gouvernement pour les assurés et l'ensemble des acteurs de la branche maladie. Entériné par le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2011, il prévoirait 2,5 milliards d'euros d'économie, principalement en limitant la progression des dépenses de l'assurance maladie. Elle regrette que ces mesures aient été prises sans aucune concertation avec les professionnels directement concernés, comme les laboratoires, les hôpitaux et les médecins. Plus grave encore, elle déplore que les patients en paient le prix fort, en termes financiers comme en termes de santé : hausse des tarifs des complémentaires santé, mutuelles et assurances, augmentation possible du ticket modérateur de 0,5 %, baisse de la prise en charge de certaines affections de longue durée ou autres actes hospitaliers, déremboursement de nombreux médicaments. Ces conditions conduisent de plus en plus de Français modestes à ne plus se soigner et réduisent à néant tous les efforts de prévention en matière de santé. Déjà, plus d'un Français sur trois renonce à l'achat de médicaments, aux soins médicaux ou décide purement et simplement de les reporter en raison de leur coût, dont une majorité des 25/34 ans, 42 % des bénéficiaires de la CMU (couverture médicale universelle) ou encore 33 % des personnes souffrant d'une affection de longue durée. Face à cette rapide dégradation, 10 % des Français n'ont pas de couverture mutuelle et le nombre de bénéficiaires de la CMU a augmenté de 10 % en 2010, atteignant 550 000 personnes. C'est pourquoi elle lui demande comment le Gouvernement compte garantir à tous l'égal accès au droit à la santé et à une assurance maladie de qualité, plutôt qu'un système de santé à plusieurs vitesses.

Retirée (caduque)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion