⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Photo de Françoise Laborde

Françoise Laborde
Question écrite N° 3071 au Ministère de la famille


Prestation de service unique et structures d'accueil de la petite enfance

Question soumise le 15 novembre 2012

Mme Françoise Laborde attire l'attention de Mme la ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille, sur l'application de la lettre circulaire n° 2011-105 du 29 juin 2011 relative à la prestation de service unique (PSU) pour l'accueil de jeunes enfants dont les objectifs sont d'harmoniser et de simplifier le fonctionnement et le financement des structures d'accueil, ainsi que d'optimiser leur taux d'occupation. La circulaire reprend et se substitue ainsi à plusieurs textes antérieurs. Néanmoins, la tarification à l'heure de présence effective de l'enfant, prévue dans le cadre de cette politique de rationalisation des coûts et réitérée dans la lettre circulaire, menace l'équilibre financier des structures d'accueil, notamment les plus petites comme par exemple les crèches parentales. Le Haut Conseil de la famille a d'ailleurs constaté la destruction de 12 736 places, entre 2008 et 2011. En effet, suite à l'envoi de cette circulaire, les établissements d'accueil des jeunes enfants (EAJE) ont constaté un accroissement des pressions des caisses d'allocations familiales (CAF) en faveur du strict respect de la tarification à l'heure, allant jusqu'à une remise en cause de l'octroi de la PSU. Le manque de souplesse dans l'application de la tarification à l'heure occasionne, pour les gestionnaires, un véritable casse-tête organisationnel ainsi qu'une mise en difficulté de ces structures et, pour les parents, une inadéquation avec les temps de vie. De plus, l'un des effets pervers de cette tarification pourrait être que les crèches privilégient la prise en charge d'enfants dont les deux parents travaillent, afin de mieux « remplir » les créneaux horaires. L'organisation d'un contrôle de l'occupation des EAJE est une préoccupation louable, néanmoins elle interroge la ministre sur l'opportunité de prendre en compte la spécificité de certaines structures d'accueil et d'instaurer une dose de souplesse dans le système de contrôle de la tarification à l'heure.

Réponse émise le 30 mai 2013

La lettre-circulaire du 29 juin 2011 relative à la prestation de service unique (PSU) rappelle que pour bénéficier de cette prestation, les établissements d'accueil du jeune enfant (EAJE) doivent appliquer le barème des participations fixé par la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF) et couvrir la prise en charge de l'enfant pendant son temps de présence dans la structure, y compris les repas principaux et les soins d'hygiène. Cette lettre-circulaire ne modifie pas les règles d'attribution de la PSU mais se borne à rappeler les conditions qu'un établissement doit réunir pour se la voir attribuer. Ces conditions répondent à quatre exigences pour l'accueil des jeunes enfants : l'établissement doit avoir été autorisé à fonctionner : c'est une exigence de sécurité et de qualité pour les enfants ; il doit être ouvert à toute la population : c'est une exigence de mixité sociale ; il doit signer une convention d'objectifs et de financement avec la caisse d'allocations familiales (CAF) : c'est une exigence de bonne gestion de l'argent public ; enfin, l'établissement doit appliquer une tarification calculée à partir du barème national des participations familiales établi par la CNAF. Ce barème est proportionnel aux revenus des familles et prend en compte le nombre d'enfants : c'est une exigence d'équité. La lettre-circulaire se borne à rappeler que la participation demandée à la famille doit couvrir la prise en charge intégrale de l'enfant pendant son temps de présence dans la structure. Il ne peut en effet y avoir de prestation à géométrie variable. C'est une question d'égalité territoriale et sociale. Le Gouvernement est soucieux de ne pas mettre en difficulté les établissements d'accueil des jeunes enfants et fait de cet accueil une priorité de la politique familiale. Mais les difficultés ne doivent pas pour autant peser sur les parents. C'est le cas quand ils sont sollicités pour fournir couches et repas alors qu'ils se sont déjà acquittés du tarif défini en fonction du barème national. De la même façon, le rappel de la règle de traduction des réservations en heures et non pas en journées vise à ne pas obliger les parents à payer un temps d'accueil qu'ils n'utilisent pas. La prise en charge à hauteur de 66 % par la branche famille du prix de revient horaire d'un accueil en EAJE engage les structures d'accueil à se conformer aux exigences qui leur sont posées. Invitée au congrès de l'Association des Maires de France (AMF), la ministre déléguée à la famille a été sensible aux problématiques évoquées. Elle est disposée à accorder un délai supplémentaire aux structures qui ne respectent pas encore les règles afin de leur laisser le temps de se concerter avec le ministère et avec la branche famille dans une démarche positive de réalisation des objectifs. La négociation de la prochaine convention d'objectifs et de gestion (COG) de la branche famille sera pour le Gouvernement l'occasion de définir et de présenter ses objectifs en matière d'accueil de la petite enfance. Cette négociation constitue le cadre naturel d'une réflexion sur la PSU qui est un des éléments de cette politique. Dans l'attente de ces évolutions et dans un souci de lisibilité et d'efficience de l'action publique, tous les acteurs de la politique familiale, à quelque niveau que ce soit, se doivent de rester mobilisés autour de l'objectif commun d'un accueil des jeunes enfants dans les meilleures conditions. L'État doit veiller à garantir l'égalité territoriale et sociale. Il doit fixer les exigences, les grandes orientations, et s'assurer qu'elles soient mises en œuvre. L'État doit toujours rester garant que la diversité ne devienne pas disparité.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion