Photo de Stéphane Piednoir

Stéphane Piednoir
Question écrite N° 15891 au Ministère de l'éducation nationale


Personnel des accueils de loisirs

Question soumise le 7 mai 2020

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

Email
par email

M. Stéphane Piednoir appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur le personnel des accueils de loisirs en cette période de crise.

Dans le cadre de la réouverture progressive des écoles annoncée par le Gouvernement, les personnels des accueils de loisirs vont avoir un rôle déterminant à jouer dans le champ des activités périscolaires.

Ces agents doivent répondre à des exigences de qualification précises : au minimum 50 % de diplômés du brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (BAFA) ou équivalent, au maximum 50 % de stagiaires BAFA ou équivalent, et au maximum 20 % de non diplômés.

Si en temps normal ces exigences de qualification sont tout à fait nécessaires, la crise que nous connaissons nécessite souplesse et adaptation.

En effet, pendant la période de confinement, nombre d'étudiants n'ont pas eu la possibilité de commencer ou de valider leur formation BAFA. Or, ces étudiants constituent habituellement un vivier de candidats pour le recrutement en animation.

Alors que les structures d'accueils de loisirs travaillent actuellement à rouvrir dans les meilleures conditions possibles, elles font donc face à d'importantes difficultés de recrutement.

De plus, pour un meilleur respect des gestes barrières, des ouvertures multi-sites sont envisagées afin de répartir les enfants par petits groupes. Or, les exigences de qualification évoquées antérieurement doivent être respectées pour chaque site, ce qui rend plus compliquée encore la constitution des équipes d'animation.

Enfin, ces difficultés de recrutement de personnels dûment qualifiés risquent de se prolonger au-delà de la période d'urgence sanitaire, compromettant le fonctionnement traditionnel des activités périscolaires à la prochaine rentrée scolaire de septembre.

Aussi, il lui demande si un assouplissement des règles en vigueur est envisageable à titre exceptionnel.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion