Photo de Nadine Grelet-Certenais

Nadine Grelet-Certenais
Question orale N° 1146 au Ministère des solidarités


Situation critique du service de réanimation pédiatrique du centre hospitalier du Mans

Question soumise le 27 février 2020

Mme Nadine Grelet-Certenais appelle l'attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la situation critique du service de réanimation pédiatrique du centre hospitalier du Mans. À la suite du départ de deux médecins réanimateurs pédiatriques, le maintien de l'activité de néo-natalité au sein de l'hôpital est aujourd'hui menacé.

Confronté à des problématiques de recrutement médical qui touchent l'ensemble des secteurs sanitaires et notoirement ce service, le centre hospitalier du Mans (CHM) a dû fermer quatre lits du service de réanimation pédiatrique. Cette fermeture est censée être temporaire mais personne ne peut dire quelle en sera l'échéance.

Depuis le 1er janvier 2020, les enfants âgés de 3 mois à 15 ans ne peuvent plus être pris en charge par ce service. Ils doivent être transférés en ambulance, intubés et ventilés, vers les hôpitaux d'Angers, Nantes, Tours ou Paris. C'est un réel problème de santé publique en Sarthe et qui n'est pas isolé.

Le recrutement des médecins réanimateurs pédiatriques constitue une crise nationale qui réclame l'intervention expresse du ministère pour remédier à cette pénurie de spécialistes. Les places de réanimation pédiatriques se raréfient partout en France.

Le lundi 6 janvier 2020, 300 personnes ont manifesté devant le pôle femme-mère-enfant pour témoigner de l'inquiétude des Sarthois après la fermeture desdits quatre lits de réanimation pédiatrique. Une pétition, recueillant 15 000 signatures, dénonce cette décision et relaie les craintes de voir disparaître les autres activités du service, faute de médecins. Or, en 2020, le service de réanimation néonatale et pédiatrique va encore perdre deux praticiens.

Si, demain, un départ supplémentaire avait lieu en néonatalogie, la maternité du Mans perdrait le niveau 3 qui lui permet d'accueillir les nouveau-nés et leur mère venus des départements voisins.

Depuis plusieurs mois l'agence régionale de santé a donné l'alerte et demandé à ce que des médecins réanimateurs pédiatriques des hôpitaux alentour puissent assurer des gardes. Elle lui demande ce qu'il en est aujourd'hui et ce qu'il adviendra si les services spécialisés tels que la réanimation réduisent encore leur capacité d'accueil.

Les agents du service de réanimation pédiatrique craignent la fermeture d'autres lits, voire, à terme, du pôle femme-mère-enfant alors même que la maternité du CHM dispose d'un plateau technique performant et de professionnels compétents et investis.

L'agence régionale de santé, dans un courrier qu'elle lui a adressé en date du 28 janvier 2020, réaffirmait sa volonté de préserver l'offre d'obstétrique et pédiatrique spécialisée sur le territoire sarthois. Elle a octroyé des crédits d'investissement d'1,1 M€ en faveur du CHM, mais cela ne semble pas à la hauteur du besoin car il faut aussi des budgets de fonctionnement pour maintenir les lits et pérenniser tous les services.

Les difficultés de recrutement que rencontre l'hôpital et les contraintes financières auxquelles il doit faire face sont connues, mais il est urgent d'apporter des solutions à un service indispensable pour un système de santé complet dans le département de la Sarthe.

Au regard du manque de praticiens et de la situation dégradée dans le service de réanimation pédiatrique du Mans, elle estime crucial de trouver une solution et de maintenir ainsi une offre de soins globale nécessaire à la population. Pour toutes ces raisons, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures peuvent être mises en place dans les meilleurs délais pour permettre la sécurisation de la prise en charge des jeunes enfants hospitalisés.

Réponse émise le 4 mars 2020

Le texte de cette réponse n'est pas disponible à ce jour.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion