⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Photo de Patricia Demas

Patricia Demas
Question orale N° 539 au Ministère auprès du Ministère du travail


Disparité de niveau entre des épreuves d'une même spécialité du baccalauréat

Question soumise le 30 mars 2023

Mme Patricia Demas attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur la possible disparité du niveau de difficulté des épreuves du baccalauréat sur une même spécialité et la manière dont l'équité peut être assurée une fois l'inégalité constatée.

Le sujet est d'autant plus important depuis la réforme du bac.

En effet, les élèves de terminale passent désormais des épreuves finales au mois de mars pour les spécialités qu'ils ont choisies.

Le coefficient au bac de ces spécialités est extrêmement élevé, il s'élève à 16 par matière. Cela veut dire que les deux spécialités gardées en terminale comptent pour 32 au bac, soit presque un tiers du total.

Réussir ses épreuves de spécialité est donc absolument essentiel pour obtenir de bons résultats au bac, et un bon dossier pour Parcoursup, dont il est inutile ici de décrire le stress généré sur les futurs étudiants.

Pour cette raison au moins il semblerait à minima équitable que les élèves passent tous l'épreuve d'une même spécialité le même jour sur un ou plusieurs sujets au choix, mais identiques. Et il semblerait équitable, à défaut, s'il est nécessaire malgré tout de répartir sur deux jours une même épreuve pour des raisons logistiques, comme ce fut le cas cette année, de s'assurer du même niveau de difficultés de ces épreuves spécifiques.

Elle souhaiterait savoir pour quelles raisons il ne serait pas possible d'imposer qu'une même épreuve, surtout s'agissant d'une spécialité à fort coefficient, soit organisée le même jour pour tous les élèves l'ayant choisie.

Elle souhaiterait savoir quels moyens de compensation sont disponibles et susceptibles d'être utilisés pour lisser les inégalités entre les candidats, pour cette année en particulier, alors qu'en mathématiques spécialisées par exemple, une disparité de niveau mais aussi de longueur semble être objectivement constatée entre l'épreuve de la veille et celle du lendemain.

Réponse émise le 5 avril 2023

Le texte de cette réponse n'est pas disponible à ce jour.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion