Interventions sur "étudiants"

107 interventions trouvées.

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

...e votre commission et sur votre premier diagnostic ? Quelles ont été les raisons qui ont conduit votre commission à lancer une telle enquête sur les interférences étrangères sur votre système universitaire ? D'après vos premières conclusions, comment ces interférences étrangères se caractérisent-elles ? Vous parlez d'influence, de captation de données et même d'espionnage. Les pressions sur les étudiants et les professeurs font-elles partie de ces menaces ? L'autonomie des universités et les libertés académiques peuvent sembler en contradiction avec l'impératif de sécurité et de surveillance. Comment avez-vous réussi à mobiliser les universités australiennes sur un tel sujet ? Enfin, quelles sont les recommandations, les bonnes pratiques ou les lois mises en oeuvre dans votre pays qui pourraien...

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

Au mois de novembre dernier, la commission conjointe du Parlement australien sur le renseignement et la sécurité lançait un appel à contribution. Êtes-vous satisfait du nombre de témoignages que vous avez obtenus ? Dans un article publié dans The Guardian, votre collègue Kimberley Kitching faisait part des hésitations des étudiants chinois, membres de la diaspora, à livrer leur témoignage auprès des commissions officielles. Quel bilan quantitatif faites-vous de cet appel à témoignage, compte tenu des réticences et des pressions indirectes ou discrètes, renforcées par le fait que les familles de ces étudiants demeurent en Chine ?

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

Avez-vous une idée des secteurs académiques et des disciplines les plus visés par la Chine, en termes tant de nombres d'étudiants que de financements des laboratoires de recherche ? Historiquement, comme on l'a vu en France, la Chine a privilégié le domaine des sciences dures, des technologies, de la recherche fondamentale. Très récemment, on s'est aperçu de l'augmentation des demandes d'inscription d'étudiants chinois dans les écoles de journalisme et de communication, comme si la Chine souffrait là d'un déficit. On observ...

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

Les trois axes que vous avez développés s'inscrivent parfaitement dans notre démarche. Nous sommes tout à fait conscients des injonctions contradictoires que vous avez évoquées. La France a pour ambition d'accueillir 500 000 étudiants à l'horizon de 2027, même si je pense que la pandémie remet un peu en cause ces objectifs. Nous avons auditionné les représentants de Campus France, qui ont aussi souligné ce paradoxe. Qui dit autonomie des universités, dit plus grande latitude dans la recherche des financements, mais il est clair également que nous devons vous donner des moyens pour mettre en oeuvre une politique de vigilance ...

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

Quel est le profil de ceux qui suivent les enseignements ? Sont-ce des étudiants de l'université ou d'ailleurs, des professionnels, des retraités ?

Photo de Roger KaroutchiRoger Karoutchi, rapporteur :

... de mois en mois : il était question au départ du mois de mars, puis du mois d'avril, et maintenant du mois de mai ! À l'allure où vont les choses, on va nous annoncer le 1er juillet au mieux... Nous avons bien compris que cette mission portait sur un phénomène évolutif en fonction de l'état de la crise sanitaire. Pour moi, il y a un bloc : éducation, culture, jeunesse. Pourquoi ? Parce que les étudiants, les lycéens ne peuvent pas souvent aller en cours ni au cinéma, au théâtre ou dans les lieux de vie classiques qu'ils fréquentaient avant. On se trouve donc face à un problème spécifique aux jeunes qui est lié au blocage du système éducatif et culturel. La fermeture des établissements culturels touche tout le monde, mais les jeunes sont doublement touchés, sur l'éducation et sur la culture,...

Photo de Esther BenbassaEsther Benbassa :

Je partage les grands axes qui ont été présentés. Je voulais intervenir sur le sujet de la santé mentale des étudiants. Cet aspect, qui était un tabou, doit être abordé, et pas seulement sous l'angle culturel, qui affecte plutôt les plus âgés. Il me semble qu'on peut investir ce sujet de la santé mentale des étudiants en université, comme je l'ai fait pour la prison. On peut le faire en écoutant les étudiants eux-mêmes - pas seulement les syndicats - et en mobilisant des experts.

Photo de Sylvie RobertSylvie Robert :

Je partage les propos des rapporteurs, notamment en ce qui concerne la double approche transversale et sectorielle. Je suis sensible à la question de l'impact psychologique sur les étudiants : ils souffrent, tous comme les plus vieux, de l'arrêt des activités culturelles. La vie sociale des campus est totalement à l'arrêt. Venant d'une ville étudiante qui vit, en temps normal, au rythme des étudiants, je peux vous assurer qu'elle est aujourd'hui d'une tristesse absolue. Les professionnels de santé assurent que le malaise des étudiants, du fait de la pression universitaire, ne date pa...

Photo de Frédérique PuissatFrédérique Puissat, rapporteur :

...te. Nous devrons donc analyser l'évolution de la pauvreté et de la précarité dans le temps, sans nous limiter aux conséquences de la crise actuelle. Une mission d'information sur la politique en faveur de l'égalité des chances et de l'émancipation de la jeunesse est en cours de création dans notre assemblée et le groupe de l'Union centriste vient de demander la constitution d'une mission sur les étudiants. Nous devrons veiller à coordonner nos travaux. Les départements, qui ont la charge de cette politique, mènent souvent des expérimentations intéressantes. Je vous propose ainsi, si les exigences sanitaires le permettent, de nous déplacer sur place pour découvrir leurs initiatives, en conciliant réunions en présentiel ou en distanciel, et visites de terrain. Nous procéderons aussi évidemment à d...

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

L'amendement n° 548 continue à allonger la liste des contenus figurant dans les formations. Il est relatif à l'inscription parmi les objectifs des études de médecine d'une formation administrative des étudiants ainsi que d'une formation en matière de gestion du personnel. Avis défavorable.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

Les amendements n° 550 et 185 rectifié bis prévoient une familiarisation des étudiants avec la santé environnementale voire un enseignement spécifique sur ce sujet. Avis défavorable.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

L'amendement n° 772 rectifié prévoit la possibilité pour les étudiants de troisième cycle d'effectuer leurs stages pratiques dans leur département d'origine. Avis défavorable.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

Même avis pour l'amendement n° 55 rectifié qui prévoit la possibilité pour les étudiants en deuxième cycle de médecine de réaliser des stages extra-hospitaliers en médecine spécialisée.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

Avis défavorable à l'amendement n° 789 rectifié qui instaure une formation obligatoire des étudiants en médecine à la prescription d'activités physiques.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

L'amendement n° 390 rectifié rend possible l'inscription dans les contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM) des réseaux de santé, centres de santé, pôles de santé ou maisons de santé d'objectifs quant à un nombre minimal d'étudiants stagiaires à accueillir.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

L'amendement n° 554, qui prévoit la possibilité pour les étudiants mahorais en troisième cycle de médecine générale d'effectuer une partie de leurs stages dans des dispensaires, semble satisfait. Avis défavorable.

Photo de Jacques GrosperrinJacques Grosperrin :

Cette mission a été particulièrement riche. Je soulignerai un point particulier, celui de l'attractivité de notre système universitaire. Alors qu'on pourrait penser que la perspective du Brexit susciterait un intérêt supplémentaire pour mener des études en France, en réalité les étudiants israéliens se tournent davantage vers les États Unis ou le Canada. Le montant des frais d'inscription ne constitue pas un obstacle ; au contraire, selon nos interlocuteurs, cela donne une crédibilité au système d'enseignement.

Photo de Laurent LafonLaurent Lafon :

Cet amendement vise à ajouter un mot qui nous semble important dans la liste des personnes concernées par les différents colloques et réunions d’information que pourront organiser les régions. On parle des familles et des étudiants, mais on omet de citer les apprentis. Sans doute est-ce un oubli. Ces derniers peuvent aussi être amenés à changer de filière, voire d’orientation, et il nous paraît important qu’ils bénéficient du travail d’orientation mis en œuvre par les régions pour disposer de toutes les informations utiles.

Photo de Françoise LabordeFrançoise Laborde :

Il nous paraît en effet normal que les apprentis soient considérés comme les étudiants, les élèves et leurs familles et qu’ils disposent des mêmes informations.

Photo de Michel ForissierMichel Forissier :

Les régions pourront sensibiliser les élèves et les étudiants aux métiers du numérique lorsqu’elles réaliseront des actions d’information sur les métiers dans les établissements scolaires. Compte tenu de l’émergence de ces métiers et de la forte création d’emplois dans ce secteur, les actions d’information et d’orientation s’adapteront nécessairement à ces évolutions. Par conséquent, il n’apparaît pas utile d’inscrire cette exigence dans la loi. Il faut la...