Interventions sur "audiovisuel"

1100 interventions trouvées.

Photo de Olivier PaccaudOlivier Paccaud :

Merci de votre exposé, monsieur le président - et non pas monsieur le général en chef de la gendarmerie audiovisuelle, puisque vous avez insisté sur le fait que vous n'aimiez pas trop l'appellation de gendarme de l'audiovisuel ! Vous n'êtes pas un censeur, vous dites que vous n'êtes pas là pour défendre un ordre moral, que vous agissez toujours, lorsque vous êtes saisi, avec mesure et de façon limitée. Vous avez donné des chiffres : 56 mises en demeure et deux mesures de sanction. Mon département a récemment ...

Photo de Jean-Marie MizzonJean-Marie Mizzon :

L'une des annexes du rapport est consacrée à la jeunesse. Elle énumère un certain nombre de mesures prises à l'occasion de la refondation de l'audiovisuel régulé. L'action n° 18 envisage d'aller en direction des établissements scolaires pour sensibiliser les plus jeunes au risque que présente l'information. Les écoles sont assaillies de demandes, toutes plus nobles les unes que les autres. À mon époque, c'était la prévention routière. Comment allez-vous vous y prendre pour entrer dans les écoles ? Il y en a des milliers et, malgré vos implantations...

Photo de Maurice AntisteMaurice Antiste :

Les moyens d'observation de l'activité de l'audiovisuel public sont-ils les mêmes en ce qui concerne l'Outre-mer ? Comment avez-vous suivi la crise du démantèlement de France Ô ?

Photo de Jacques GrosperrinJacques Grosperrin :

...n en direction du jeune public sur les contenus inappropriés. De nombreuses études montrent qu'il faut limiter l'accès des plus jeunes aux écrans. Le CSA compte-t-il intégrer ce paramètre à sa campagne de sensibilisation ? Le rapport évoque la nécessité de représenter la diversité de la société française et de ses territoires. La disparition annoncée de France Ô ne risque-t-elle pas de donner à l'audiovisuel français un aspect uniquement métropolitain ?

Photo de Jean-Pierre LeleuxJean-Pierre Leleux, rapporteur des crédits de l'audiovisuel :

Madame la présidente, monsieur le président, je voudrais saluer le travail réalisé par les équipes d'ARTE et apporter mon soutien au média culturel européen multisupport qu'est devenue la chaîne franco-allemande. Alors que la gestion des entreprises de l'audiovisuel public, comme leur stratégie, en particulier dans le domaine du numérique, font aujourd'hui débat, il convient de souligner qu'ARTE fait exception, comme l'a précisé le récent rapport de la Cour des comptes, selon lequel « la gestion financière de l'entreprise n'appelle pas de commentaire particulier ». Nul doute que d'autres entreprises publiques aimeraient recevoir une appréciation de cette ten...

Photo de Jean-Pierre LeleuxJean-Pierre Leleux, rapporteur des crédits de l'audiovisuel :

Concernant plus précisément une meilleure intégration de l'audiovisuel public, l'actionnariat d'ARTE France est aujourd'hui éclaté et peu investi dans la société. Si une intégration d'ARTE France dans une holding publique en tant que filiale ne nous semble pas opportune, la réunion des participations de France Télévisions - 45 % du capital -, Radio France - 15 % -, et de l'INA - 15 % - permettrait à la holding de détenir 75 % du capital d'ARTE France. Que penseriez-...

Photo de Catherine DumasCatherine Dumas :

...opéennes. C'est en effet très important pour les parlementaires. Je voudrais revenir sur la question de l'éventuelle perte d'indépendance que vous redoutez et sur le traité fondateur d'ARTE. J'aimerais obtenir davantage d'explications, car les législateurs que nous sommes doivent savoir comment avancer sur ce point. Le Gouvernement étudie la possibilité de réunir l'ensemble des entreprises de l'audiovisuel public. J'ai lu tout récemment que vous avez interpellé le ministre de la culture à ce sujet. Où en êtes-vous sur ce point ?

Photo de Michel LaugierMichel Laugier :

Monsieur le président, madame la présidente, vous avez parlé d'une diffusion en six langues et affirmé que vous couvriez 70 % du territoire européen. Que comptez-vous faire pour les 30 % qui restent ? D'autres langues sont-elles prévues ? En second lieu, la suppression de la redevance, que l'on évoque ici ou là, peut-elle remettre en cause certains financements ? Par ailleurs, la réforme de l'audiovisuel français concerne aussi l'outre-mer, qui est remise en question avec la suppression éventuelle de France Ô. Comment intervenez-vous aujourd'hui dans les DOM-TOM ? Enfin, vous avez parlé des élections européennes. Je crois savoir que vous n'êtes pas soumis au contrôle du CSA. Comment régulez-vous les choses en matière d'élections, tant du point de vue du temps de parole que de la ligne éditoriale...

Photo de Colette MélotColette Mélot :

Je salue la réussite de la chaîne franco-allemande à vocation culturelle européenne. C'est une réalisation audiovisuelle unique et exemplaire, de même que la plateforme européenne bilingue. Les jeunes désertant les chaînes classiques, je voudrais connaître vos actions de communication, en dehors de votre stratégie ambitieuse pour le numérique qui vise la jeunesse. Avez-vous des relations avec l'enseignement supérieur, les universités, les jeunes investis dans les relations franco-allemandes par exemple ? Au-del...

Photo de Claudine LepageClaudine Lepage :

...îchissant, qui sort de la politique politicienne, pour son rapport avec la culture, les documentaires, pour les soirées thématiques et surtout pour sa dimension européenne, qui permet de voir des émissions sur l'Europe et la vie des autres Européens. L'élargissement de la plateforme à d'autres langues est une nécessité que vous êtes les seuls à avoir saisie. Enfin, s'agissant de la réforme de l'audiovisuel, nous ne connaissons pas non plus le texte de loi, et nous comprenons très bien votre crainte de perdre votre indépendance rédactionnelle et financière, ainsi que votre âme. Vous pouvez être sûrs que vous aurez le soutien de notre groupe dans cette réforme !

Photo de Michel MagrasMichel Magras :

Nous sommes réunis aujourd'hui pour la présentation par les rapporteurs Maurice Antiste et Jocelyne Guidez du rapport d'information sur la représentation et la visibilité des outre-mer dans l'audiovisuel public. L'annonce officielle par le Gouvernement, le 19 juillet 2018, de la disparition de France Ô de la TNT, consécutive au discours du 28 juin 2018 du Président de la République à l'issue des Assises des outre-mer, avait provoqué une onde de choc dans le monde de l'audiovisuel public ultramarin. Si nous avions déjà réalisé plusieurs auditions sur ce sujet dès le 5 juillet 2018, la délégati...

Photo de Maurice AntisteMaurice Antiste, rapporteur :

...on. Cet état des lieux est une nécessité pour que le débat puisse se dérouler sur des bases saines et objectives, non sur des émotions ou rumeurs et dans la confusion. Ce constat que nous avons dressé s'articule autour de trois axes : - le dynamisme réel du réseau des stations La 1ère ; - l'absence des outre-mer dans les chaînes publiques ; - la place controversée de France Ô dans le paysage audiovisuel national. Je commencerai par les conclusions que nous tirons concernant le réseau ultramarin. Ce réseau s'est construit de manière progressive et je ne vais pas ici vous en tracer l'historique complet que vous trouverez dans le rapport. Il est né à partir des premières radios locales - et je salue nos collègues de La Réunion qui étaient les pionniers en 1929 - qui ont été progressivement réun...

Photo de Jocelyne GuidezJocelyne Guidez, rapporteure :

... Télévisions aujourd'hui, comme ceux de RFO en complément, prévoyaient des exigences. Nous avons scrupuleusement répertorié dans ce rapport les exigences formulées cahier des charges après cahier des charges, contrats d'objectifs et de moyens après contrats d'objectifs et de moyens et, parfois même, dans la loi. Depuis la loi égalité et citoyenneté, il est ainsi écrit dans la loi de 1986 sur l'audiovisuel que les sociétés de l'audiovisuel public « s'attachent (...) à assurer une meilleure représentation de la diversité de la société française, notamment d'outre-mer ». Dans les cahiers des charges de France Télévisions, il est écrit actuellement que la société veille à réaliser une « continuité territoriale (...) de la métropole vers l'outre-mer et de l'outre-mer vers la métropole ». Aussi, elle ...

Photo de Jocelyne GuidezJocelyne Guidez, rapporteure :

...ent des candidats ultramarins comme cela a été indiqué ? Je vous laisse juges. Le Gouvernement considère que France Ô n'est plus nécessaire et qu'une plateforme numérique pourra aisément s'y substituer. Sans compter la fracture numérique qui est une réalité de l'hexagone comme des outre-mer, le Gouvernement propose donc un changement brutal - dans moins d'un an - de mode de consommations de l'audiovisuel. Les publics ne « basculeront » pas sur le numérique en un clic. La coupure du signal hertzien, c'est aussi la perte sèche d'un public non ultramarin qui, par curiosité, regarde aujourd'hui France Ô et enrichit ses connaissances sur ces territoires éloignés et oubliés. La transformation de France Ô, précipitée et non concertée, apparaît comme une expérience hasardeuse. Si les outre-mer sont so...

Photo de Maurice AntisteMaurice Antiste, rapporteur :

... créneaux horaires, assurant une visibilité de chaque territoire et de problématiques transversales propres aux outre-mer. Il faut bien évidemment, aussi, intégrer les outre-mer dans le traitement normal et ordinaire de l'ensemble des sujets d'actualité, avec spécifiquement le rétablissement d'un journal quotidien sur France 3 à la mi-journée (recommandations 3 et 4). Selon nous, la visibilité audiovisuelle minimale des outre-mer au cours d'une « saison » sur l'ensemble des grandes chaînes nationales de France Télévisions doit être formulée selon les modalités suivantes : - au moins un programme essentiellement dédié aux outre-mer par semaine en soirée, dont la moitié des occurrences en première partie de soirée et dont au moins un quart sur France 2 ; - au moins un numéro de chaque magazine heb...

Photo de Jocelyne GuidezJocelyne Guidez, rapporteure :

Ces exigences programmatiques devront être formalisées dans les cahiers des charges mais aussi reposer sur un fondement législatif clair : nous voulons réaffirmer dans la loi la mission de juste représentation des outre-mer incombant au service public de l'audiovisuel (recommandation 9). Mais ces exigences devront surtout être évaluées et contrôlées. Évaluées, par des rapports annuels de France Télévisions, qui devront rendre compte de manière précise du respect de son cahier des charges et de son COM. Plus question de se cacher derrière de faux prétextes (recommandation 7). Contrôlées, enfin, par le régulateur. Eu égard au non-respect systématique consta...

Photo de Maurice AntisteMaurice Antiste, rapporteur :

Nous n'oublions pas ici les territoires, leurs paysages audiovisuels et les filières locales de production. Comme le disait Jocelyne Guidez, la disparition de France Ô pourrait fragiliser durablement l'audiovisuel dans les outre-mer. Le renforcement du service public dans les territoires passe également par son extension aux outre-mer qui n'en bénéficient pas encore, comme Saint-Barthélemy et Saint-Martin, et par une avancée qualitative de diffusion en haute dé...

Photo de Jocelyne GuidezJocelyne Guidez, rapporteure :

...layer les informations des sites des stations La 1ère. Elle doit aussi héberger les contenus vidéos de France Ô mais beaucoup plus largement ceux des stations qui sont aujourd'hui souvent géobloqués. Enfin, les contenus audio - podcasts et webradios - doivent être développés (recommandations 13 à 15). Mais la transformation numérique ne doit pas être une bascule vers une « deuxième division de l'audiovisuel » où ne serait atteint qu'un public averti. Face aux risques majeurs de pertes de publics et de visibilité que provoquerait l'arrêt brutal et précoce de la diffusion linéaire de France Ô, nous refusons la coupure du signal et avec elle la rupture du lien. Nous proposons donc un maintien à ce jour de la diffusion TNT (recommandation 16). Celui-ci devra être réévalué en 2025 en considérant les évol...

Photo de Victoire JasminVictoire Jasmin :

Je tiens à mon tour à féliciter les rapporteurs pour leur travail remarquable. Dans le contexte que nous connaissons, il n'était pas évident de conduire ce travail. Je forme le voeu que les recommandations faites aujourd'hui soient suivies et que, en effet, les outre-mer ne soient pas « cobayes » de l'audiovisuel public.

Photo de Jean-Pierre LeleuxJean-Pierre Leleux :

Alors que de plus en plus de pays s'engagent dans l'audiovisuel extérieur pour accentuer leur influence culturelle dans le monde, la France réduit ses investissements. Nous considérons que France Médias Monde fait aujourd'hui un travail incroyable mais avec des moyens extrêmement limités. Or, il est aujourd'hui nécessaire de s'engager relativement massivement dans l'audiovisuel extérieur. Je souhaiterais donc savoir quels moyens de financement sont envisage...