Interventions sur "centrale"

471 interventions trouvées.

Photo de Jean-François HussonJean-François Husson, rapporteur général :

... phénomènes d'inflation aux États-Unis et en Europe seraient différents, dans quelle mesure la BCE pourrait-elle durablement conserver une orientation plus expansionniste de sa politique monétaire que celle de la FED ? En d'autres termes, dans un contexte d'interconnexion et de mobilité des capitaux, la politique monétaire européenne est-elle suffisamment indépendante de celles des autres banques centrales pour être en mesure de s'adapter aux spécificités et aux besoins de l'économie européenne ?

Photo de Thierry CozicThierry Cozic :

Je voudrais poser une question à Christophe Blot sur le rôle des banques centrales. Il y a un constat qui a été fait ce matin et qui est que l'inflation bondit. Je crois que c'est un fait qui n'est pas remis en cause. J'ai plutôt le sentiment que cette inflation ne sera pas transitoire, mais bien durable. J'en veux notamment pour preuve le communiqué du 15 décembre de la réserve fédérale américaine, dans lequel elle a volontairement effacé l'adjectif « temporaire » à côté du m...

Photo de Marc LaménieMarc Laménie :

...st le partage du travail. Cathy Apourceau-Poly, qui représente le département du Pas-de-Calais, a mis en exergue les difficultés que rencontrent les entreprises. C’est aussi le cas dans mon département des Ardennes, qui fait malheureusement partie depuis de nombreuses années des départements sinistrés. Même si nous avons des entreprises performantes, comme PSA qui emploie 2 000 personnes, et une centrale nucléaire, nous avons perdu beaucoup d’emplois liés aux secteurs de la métallurgie et du textile, notamment dans la vallée de la Meuse. Ce combat permanent pour l’emploi, nous le menons toutes et tous dans nos territoires et départements respectifs. Cela a été rappelé, depuis mars 2020, la crise sanitaire a mis en évidence de nombreuses problématiques. Les intervenants ont largement insisté sur ...

Photo de Daniel SalmonDaniel Salmon :

Madame la présidente, madame la secrétaire d’État, mes chers collègues, alors que l’énergie nucléaire est présentée dans notre pays comme la solution magique pour lutter contre le réchauffement climatique et assurer notre indépendance énergétique, l’actualité nous a rappelé ces dernières semaines les nombreux écueils et les dangers de cette énergie. Je fais référence en particulier à la centrale du Tricastin, régulièrement à la une de l’actualité pour ses défaillances. Il y a quelques semaines, un lanceur d’alerte a déposé plainte contre EDF, pour des motifs de « mise en danger de la vie d’autrui », « infractions au code pénal, au code de l’environnement, au code du travail et à la réglementation relative aux installations nucléaires ». L’accusation n’émane ni d’une organisation antinuc...

Photo de Daniel SalmonDaniel Salmon :

Ce problème se pose avec une acuité particulière pour les trente-quatre réacteurs de 900 mégawatts, qui abordent leur quatrième visite décennale. La question de la pertinence de la prolongation de la durée d’exploitation des centrales fait partie des sujets à mettre sur la table. C’est pourquoi nous demandons un état des lieux indépendant et transparent de toutes les installations nucléaires en France, réacteur par réacteur. Cette mise à plat est d’autant plus indispensable que le Président de la République a récemment annoncé – de manière fort démocratique ! – la création de nouveaux réacteurs en France. Loin d’être des ca...

Photo de Véronique GuillotinVéronique Guillotin :

...ement visait à étendre le périmètre des PPI à l’ensemble des communes membres d’une intercommunalité touchée, et pour cause : bien que ce rayon d’action ait été étendu à 20 kilomètres, il reste bien trop limité et en deçà de celui constaté chez certains pays voisins. À titre d’exemple, pour être concrète, les habitants de ma commune, Villerupt, en Meurthe-et-Moselle, située à 22 kilomètres de la centrale de Cattenom, ne bénéficient pas de la distribution gratuite de pastilles d’iode, alors qu’elle se situe à 5 kilomètres d’Esch-sur-Alzette, au Luxembourg, dont les habitants bénéficient de cette distribution au titre de la prévention des risques émanant de la centrale de Cattenom. Le seul critère du kilométrage paraît particulièrement rigide et peu adapté à la vie politique locale, aujourd’hui es...

Photo de Véronique GuillotinVéronique Guillotin :

Le Luxembourg et la Belgique sont bien au-delà du périmètre de 20 kilomètres par rapport à cette centrale ; il y a donc bien une incohérence, des « trous dans la raquette » entre les Luxembourgeois, les Belges et la population frontalière proche de cette centrale. D’autres régions étant concernées, il serait intéressant d’ouvrir le débat et de réfléchir à l’établissement d’une cohérence au sein des intercommunalités et avec les pays frontaliers.

Photo de Rémi CardonRémi Cardon :

Cette réponse suit le fameux modèle du « en même temps », elle est très prudente. Surtout, elle montre que, de votre côté, les choses ne sont pas encore très claires. Il faut prendre le temps de bien faire les choses, car le choix du mix énergétique est fondamental. Plus nous créons de centrales nucléaires, plus nous multiplions les risques associés. Débattre, comme nous le faisons aujourd’hui, du risque nucléaire pour notre pays doit justement nous permettre de déterminer un mix énergétique convenable, car l’énergie issue de la fission nucléaire n’est pas une énergie comme les autres : nous en sommes aujourd’hui dépendants, mais elle présente de nombreux risques.

Photo de Martine BerthetMartine Berthet :

...on. Avec la pandémie mondiale, l’industrie de la filière nucléaire a été confrontée, pour la première fois de son histoire, à une crise dont l’origine n’avait aucun lien avec son activité. Durant la période de confinement de 2020, en raison de difficultés liées à la disponibilité de son personnel, EDF a dû revoir son programme d’arrêts de tranches, c’est-à-dire les opérations de maintenance des centrales, réalisées notamment pour des raisons de sûreté des installations. Toute une série d’opérations de déprogrammation et de reprogrammation a eu lieu, avec deux conséquences principales. D’une part, cette situation entraîne le décalage d’opérations de maintenance dans le cadre des contrôles réglementairement prévus, notamment les réexamens décennaux de sûreté, mais aussi pour la mise en œuvre des ...

Photo de Sophie Taillé-PolianSophie Taillé-Polian :

Ma question porte sur la sécurisation des centrales et, plus particulièrement, sur les fuites régulières d’éléments radioactifs, qui menacent notre santé et l’environnement. Prenons l’exemple de la centrale du Tricastin, qui cumule les anomalies. Le 12 décembre dernier, une énorme fuite de tritium a été enregistrée dans cette centrale. Dans les eaux souterraines situées sous la centrale, des niveaux aberrants de radioactivité ont été relevés : ...

Photo de Sophie Taillé-PolianSophie Taillé-Polian :

Mme Sophie Taillé-Polian. Le système fondé sur l’autocontrôle, en vigueur aujourd’hui, et sur les déclarations d’EDF à l’ASN ne fonctionne pas, on le voit très bien au Tricastin. Pourtant, vous voulez continuer de construire des centrales… C’est irresponsable !

Photo de Fabien GayFabien Gay :

En décembre dernier, EDF arrêtait les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Chooz, dans les Ardennes, pour une vérification de potentiels défauts sur le circuit de refroidissement de sauvegarde, ainsi que les réacteurs de Civaux, dans la Vienne. Ces arrêts ont entraîné un défaut de production de l’ordre de 1 térawattheure, mais ils étaient nécessaires pour assurer le refroidissement du cœur du réacteur en cas d’accident. Nous saluons donc ces décisions. L’é...

Photo de Denise Saint-PéDenise Saint-Pé :

...urité autour de cette filière. Je pense, par exemple, aux ateliers Nouvelle unité de concentration des produits de fission (NCPF) en construction dans l’usine de traitement de combustible nucléaire usé, à La Hague ; au projet Cigéo de stockage en couche géologique profonde des déchets hautement radioactifs à Bure ; ou au grand carénage, ce chantier titanesque visant à renforcer et moderniser les centrales existantes pour prolonger leur fonctionnement au-delà des quarante ans initialement prévus. Au regard des investissements requis pour ces projets, la récente proposition de labellisation verte de la Commission européenne tombe à point nommé, puisque sa taxonomie inclurait le nucléaire dans les activités économiques durables, ce qui constituerait un signal fort pour les investisseurs.

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville :

Madame la secrétaire d’État, cinquante ans de fonctionnement d’une centrale nucléaire, c’est de l’électricité pour deux générations, mais des déchets sur les épaules de quarante mille générations ! Puisque nous ne disons pas avec force que la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas, nous devons faire face à une demande croissante d’électricité, noyée au milieu d’un océan de gadgets numériques gourmands en énergie et tournés vers une mobilité totalement élec...

Photo de Christine LavardeChristine Lavarde :

...uction d’électricité ? Allons-nous devoir un jour arbitrer entre sûreté du parc et sécurité d’approvisionnement ? Dans votre réponse à Mme Evrard, vous avez mis en avant le futur éolien en mer. Mais c’est de moyens pilotables dont nous avons besoin ! En outre, vous avez passé sous silence le projet de décret, en consultation depuis ce matin, qui vise à augmenter temporairement les capacités des centrales à charbon : ce recul ne me semble pas constituer une solution durable. Vous n’avez pas évoqué le système européen. Or le système électrique se conçoit aujourd’hui à l’échelle de la plaque européenne. De réelles difficultés sont sur le point d’advenir : plusieurs de nos voisins européens – Royaume-Uni, Allemagne, Belgique – s’apprêtent en effet à fermer des capacités pilotables dans les prochain...

Photo de Patrick ChauvetPatrick Chauvet :

Le nucléaire doit donc conserver un rôle central dans notre mix énergétique. La seule condition à son utilisation réside bien dans la sûreté des installations, comme le suggère le thème du présent débat. Cette sûreté, tant pour les centrales existantes que pour celles à venir, doit être la clé de voûte de nos décisions. On ne peut transiger sur cette question : elle est la condition de l’acceptation citoyenne. Elle constitue aussi, sans doute, le cœur du développement économique de cette filière. Ma question concerne les règles de sûreté à l’échelle européenne. Le cadre français est très protecteur. Nous avons une profonde expérien...

Photo de Franck MontaugéFranck Montaugé :

...voir des dispositifs de protection des populations en cas d’accident avec rejets radioactifs. Le 23 juillet 2020, j’interrogeais le ministre de la santé, par une question écrite, sur l’existence et la mise à disposition des stocks d’iode stable nécessaires pour protéger le système thyroïdien des populations en cas d’accident nucléaire. L’iode stable est prioritairement destiné aux riverains des centrales nucléaires dans des rayons de 10 ou 20 kilomètres. Mais on sait d’expérience que de vastes territoires, et leurs populations, peuvent être exposés rapidement en fonction de la quantité de radioactivité disséminée et des conditions météorologiques de vent. Depuis plus de dix-huit mois, et malgré une relance écrite adressée au ministère, le 29 juillet 2021, aucune réponse n’a été apportée par le ...

Photo de Agnès CanayerAgnès Canayer :

Madame la secrétaire d’État, selon l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (Anccli), notre pays est « le plus nucléarisé au monde par nombre d’habitants ». Rien qu’en Seine-Maritime, nous disposons de deux centrales nucléaires, à Paluel et à Penly, avant la livraison d’un futur EPR. Cette richesse énergétique est conditionnée à un besoin de sûreté évident. Informer, prévenir et mieux alerter sont essentiels pour la survie de notre modèle nucléaire. Après la catastrophe de Fukushima, le groupe EDF s’est doté d’équipes internes de pompiers volontaires, formés aux situations d’urgence : la force d’action rap...

Photo de Else JosephElse Joseph :

...nt. Pour autant, la sécurité est appelée à être renforcée en raison des nouvelles contraintes qui pèsent sur notre parc nucléaire, son entretien et sa gestion. Madame la secrétaire d’État, j’ai plusieurs questions. De manière liminaire, je souhaite préciser que j’ai totalement confiance dans la filière nucléaire. Avec la mise à l’arrêt de certains réacteurs – c’est le cas dans les Ardennes à la centrale de Chooz pour des contrôles extérieurs de soudure et de tuyauterie –, la question de la sécurité reste d’actualité. Ces contrôles, effectués par l’ASN, nous rassurent. La sécurité concerne aussi les déchets : comment améliorer la gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue (HAVL) ? Autrement dit, la sécurité, c’est aussi celle des générations qui nous suivent. Si la sécuri...

Photo de Guillaume GontardGuillaume Gontard :

... si de nombreuses zones d’ombre subsistent. Je ne reviens pas sur l’ensemble des problématiques évoquées ce matin, elles sont nombreuses et nous interrogent, quelles que soient les opinions des uns et des autres sur le devenir de l’atome dans notre mix énergétique. Notre parc est vieillissant, les problèmes de maintenance se multiplient, certains sont graves comme les fuites et inondations à la centrale du Tricastin évoquées tout à l’heure. À un moment du mois de décembre, 17 réacteurs sur 56 étaient ainsi simultanément à l’arrêt. RTE le confirme : le parc français n’a jamais aussi mal fonctionné, ce qui a même obligé la ministre de la transition écologique à demander un audit des centrales au P-DG d’EDF. Au-delà, les travaux de mise aux normes post-Fukushima vont durer encore quinze ans et la ...