Interventions sur "ferroviaire"

1965 interventions trouvées.

Photo de Christine LavardeChristine Lavarde :

D'importants travaux de modernisation sont en cours sur l'autoroute de Normandie - ils ont été décidés dans le cadre du précédent plan de relance. L'autoroute va donc encore gagner en compétitivité, alors que la ligne ferroviaire correspondante est plutôt vétuste. Comment le fret ferroviaire peut-il espérer être compétitif sur de telles distances, alors que le sillon est de mauvaise qualité, sans compter les coûts de transbordement ?

Photo de Michel DagbertMichel Dagbert :

Votre dernière réponse sur les infrastructures ferroviaires me va très bien. En ce qui concerne les concessions autoroutières, il me semble que la puissance publique doit pouvoir être en capacité d'orienter les choix structurants et, même si l'on accepte l'idée que l'État n'est pas le mieux placé pour gérer directement ce type de secteur dans le temps, il doit tout de même se doter de moyens de régulation suffisants. L'État doit donc conserver en son se...

Photo de Didier MandelliDidier Mandelli :

Nous sommes évidemment prêts à soutenir le ferroviaire, comme nous avons pu le démontrer au travers des travaux de la commission et des différentes auditions menées jusqu'à ce jour. Concernant le fret ferroviaire d'abord, les entreprises du secteur ont salué le travail de SNCF Réseau pendant la crise, puisque 95 % des plans de transports ont été réalisés. C'est à souligner, mais cela démontre que ce n'était pas le cas jusqu'à présent. En effet, ce s...

Photo de Michel VaspartMichel Vaspart :

... voulions étudier les raisons pour lesquelles nos grands ports maritimes français continuent à prendre du retard sur le fret international par rapport à d'autres grands ports européens, dont Anvers et Rotterdam, qui sont près du Havre, mais également Le Pirée, Gênes et même Trieste. Sans intermodalité équilibrée, les routes continuent à s'engorger. Cette intermodalité repose sur le fluvial et le ferroviaire. La France a la chance de posséder l'un des très grands ports céréaliers d'Europe, Rouen. Aujourd'hui, l'acheminement des céréales, depuis les silos qui se trouvent dans la campagne, se fait par des capillaires en très mauvais état, que personne n'envisage de rénover, à tel point que le transport par voie ferrée risque d'être transféré sur la route. Notre commission est particulièrement inquiète ...

Photo de Martine FilleulMartine Filleul :

...taté, au cours de notre périple, un manque de connexion des ports avec le rail et les fleuves, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays européens, tout particulièrement les pays du Nord. Il y a un vrai problème d'infrastructures, et il est urgent de se pencher sur ce sujet. Au-delà des investissements se pose également la question de la qualité du service rendu aux chargeurs et aux entreprises ferroviaires par SNCF Réseau. Il nous a été dit qu'il était nécessaire de faciliter la fluidité et la qualité du service, par exemple en termes d'applications numériques pour le suivi en direct des marchandises, d'amélioration de la procédure de commande de sillons ou encore d'optimisation du préconstruit. Projetez-vous d'avancer en ce sens ?

Photo de Guillaume ChevrollierGuillaume Chevrollier :

...ateurs pendant la crise sanitaire. La pandémie de Covid-19 va-t-elle faire dérailler le plan d'investissement, alors qu'il existe un enjeu extrêmement fort de régénération du réseau ? Beaucoup d'inquiétudes émergent, dans ma région en particulier, en matière d'investissement et d'entretien des petites lignes, mais aussi d'augmentation du coût et des délais. Un plan de relance des investissements ferroviaires n'est pas encore d'actualité. Notre commission met en avant les notions d'écoconditionnalité. Que pourriez-vous proposer en face d'un investissement supplémentaire dans le ferroviaire ? Par ailleurs, quels impacts sociaux les économies de 1,6 milliard d'euros réalisées par votre entreprise dans le cadre d'une amélioration de la productivité et d'une meilleure organisation vont-elles induire, no...

Photo de Olivier JacquinOlivier Jacquin :

...'attendais un regard neuf. Qu'en est-il des réorganisations à venir de SNCF Réseau ? Vous procédez de manière très différente par rapport au président de la holding de tête, M. Farandou, qui est plus rapide dans ses décisions de réorganisation. Vous n'avez pas répondu à la question du président au sujet de l'indépendance de SNCF Réseau. Certains dans cette salle, pendant les discussions du pacte ferroviaire, ont estimé qu'il fallait dresser une « muraille de Chine » entre SNCF Réseau et les opérateurs pour permettre l'ouverture à la concurrence. Vous avez dit, à propos du contrat de performance, que SNCF Réseau appartient à une logique de groupe et qu'il faut équilibrer les choses financièrement. Cela m'inquiète pour l'indépendance de SNCF Réseau, alors que M. Farandou a pris la SNCF en main de man...

Photo de Guillaume GontardGuillaume Gontard :

Je voudrais d'abord saluer le travail et l'implication des équipes de SNCF Réseau pendant la crise sanitaire. Durant le confinement, la SNCF a adopté un plan de circulation extrêmement réduit, avec un quasi-arrêt des travaux. Cela provoque des inquiétudes sur un retour rapide à la normale. Dans le cas de l'étoile ferroviaire grenobloise, que je connais bien, des travaux avaient enfin pu être programmés grâce à des financements État-région... Comment allez-vous faire pour donner la priorité à ces travaux ? Pouvez-vous nous assurer que ceux qui ont été programmés avant la crise seront bien maintenus ? Avez-vous clairement les capacités de faire face à ce décalage, sans remettre en cause des projets déjà validés ? D'u...

Photo de Hervé GilléHervé Gillé :

On peut être relativement inquiet par rapport à l'approche budgétaire que vous avez présentée. J'ai le sentiment qu'on est encore dans le monde d'avant. Lorsque vous parlez du pacte ferroviaire, vous soulignez que vous êtes inscrit dans les objectifs et que vous en attendez une éventuelle révision à moyen terme, mais qu'il n'y a pas aujourd'hui de vision stratégique compte tenu des nouvelles contraintes imposées par la pandémie de Covid-19. Or on voit bien que vous allez subir une diminution très importante des recettes, du fait de l'affaiblissement des compagnies clientes. Vous soulig...

Photo de Ronan DantecRonan Dantec :

Êtes-vous capable, dans la discussion avec l'État, de mettre sur la table un projet cohérent de développement du fret ferroviaire à l'échelle nationale, avec les infrastructures lourdes qui manquent dans les ports et en transversal ?

Photo de Alain FouchéAlain Fouché :

Le fret ferroviaire, c'est l'Arlésienne, dans ce pays, depuis des années. La SNCF n'en est pas responsable, mais les différents gouvernements, les ministres des transports de divers horizons, depuis Charles Fiterman et d'autres, qui n'ont pas su lui donner les instructions suffisantes ni les moyens pour mettre le fret en bonne voie. Vous l'avez dit, il faut l'aider. Ne craignez-vous pas que la concurrence ferroviair...

Photo de Guillaume GontardGuillaume Gontard :

...lic d'intérêt stratégique, ce qui suppose un vrai contrôle public. Est-ce une remise en cause de la privatisation de Fret SNCF ? Est-ce une sortie du dogme de la concurrence ? J'ai senti que vous perceviez la privatisation comme une fatalité plutôt que comme quelque chose de positif. Je suis favorable à un plan Marshall mais n'y a-t-il pas aussi la nécessité d'organiser des états généraux du fret ferroviaire réunissant les différents acteurs ?

Photo de Olivier JacquinOlivier Jacquin :

...andou, lors de votre venue au Sénat pour votre audition initiale, je vous avais interrogé sur votre habileté à circuler entre les injonctions paradoxales du Gouvernement : moins d'argent, plus de services et la paix sociale. Dans cette crise, ne s'agit-il pas d'aller trouver la ressource financière permanente pour enfin prendre en compte les externalités positives du rail ? Après le nouveau pacte ferroviaire et la loi d'orientation des mobilités, il n'y a pas de réponse à la question du transport et du carbone ni à la malédiction française de l'écotaxe. Ne faut-il pas aller chercher les ressources au niveau de l'Union européenne, via le paquet mobilité ou le Green New Deal ? Lors de son audition, j'ai demandé au ministre des transports s'il serait aussi leste pour sauver le ferroviaire que l'aérien e...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville :

Pour promouvoir les gestes barrières, allez-vous installer des distributeurs de gel hydroalcoolique dans les gares ou dans les trains ? Distribuerez-vous des masques sur les quais ? Cela s'est vu dans d'autres pays. Sur le fret, vous avez évoqué les céréaliers. S'agit-il de clients habituels ou nouveaux ? Le fret ferroviaire étant vertueux, comment envisagez-vous l'incitation des entreprises à recourir à celui-ci ? Mon territoire, industriel, est rural et loin de tout. Comment y développer le fret ? Faut-il recapitaliser Fret SNCF ? Comment vous inscrire dans un grand plan de relance national ou dans le Green New Deal européen ?

Photo de Nelly TocquevilleNelly Tocqueville :

Je me joins aux remerciements adressés à la SNCF. Comment envisagez-vous l'avenir des négociations du cadre social pour ce qui est de la branche ferroviaire et plus spécifiquement du cadre contractuel ? Après leur échec, la loi prévoit une législation par ordonnance. Quelle est votre position sur ce point ? Vous avez dit que de grands projets seraient retardés. Qu'en est-il de la ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) ?

Photo de Claude Bérit-DébatClaude Bérit-Débat :

Je partage le propos introductif du président et le questionnement de Didier Mandelli sur le financement des petites lignes. Quels moyens vont être accordés aux régions ? Envisagez-vous des moyens supplémentaires ? Avez-vous une visibilité plus grande sur la région Nouvelle-Aquitaine, que vous connaissez bien ? Par ailleurs, lorsqu'aucune alternative ferroviaire n'existe, qu'en est-il de la circulation sur les routes ? Est-il vrai que vous envisagez de rétrocéder la gestion des routes nationales aux départements ? Avec quels moyens ? Que pouvez-vous nous dire sur la N21 ?

Photo de Guillaume GontardGuillaume Gontard :

Nous sommes heureux de pouvoir lire neuf pages du rapport Philizot ; depuis le temps que nous l'attendons... On y trouve définis trois types de lignes, en particulier les lignes appartenant au réseau structurant, dont la régénération devrait être prise en charge à 100 % par SNCF Réseau. Or il me semblait que le contrat de performance et les règles d'or votées dans le cadre du pacte ferroviaire interdisaient un tel financement direct. Que va-t-on faire ? S'agissant des rapports avec SNCF Réseau, je citerai l'exemple du CPER relatif à l'étoile ferroviaire de Veynes - je vous remercie d'ailleurs d'avoir tenu vos engagements quant à la pérennité de cette ligne. Il a fallu batailler très fermement pour que, dans ce cadre, SNCF Réseau accepte d'assumer les prérogatives de l'État. Quel est v...

Photo de Frédéric MarchandFrédéric Marchand :

Dans son rapport, le préfet Philizot parle de faire du réseau ferroviaire et des petites lignes un champ d'innovation et d'expérimentation. Selon moi, la question ne peut cependant pas être envisagée sous le seul prisme du transport ferroviaire. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a lancé un appel à projets pour le développement de la mobilité servicielle. Où en est cette démarche aujourd'hui ?

Photo de Louis-Jean de NicolayLouis-Jean de Nicolay :

Ma question porte sur la ligne Caen-Alençon-Le Mans-Tours, qui traverse trois régions. J'ai cru comprendre que la région Normandie était cheffe de file du réaménagement de cette ligne. Pourriez-vous me confirmer que la réfection de cette ligne est bien prise en compte ? Ma seconde question concerne le bruit lié aux lignes ferroviaires, notamment celui des lignes LGV. Dans le cadre de la loi LOM, les pics de bruit ferroviaire sont dorénavant reconnus comme un problème environnemental. Si cette loi a été votée, nous attendons toujours la publication des arrêtés prenant les préconisations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme référence. Où en est ce dossier ? Je rappelle que cette demande correspond à une attente fo...

Photo de Olivier JacquinOlivier Jacquin :

La situation apparaît on ne peut plus floue. Je rends cependant hommage à votre fair-play : sans cynisme, vous assumez les promesses non tenues lors du pacte ferroviaire et de la LOM. Le rapport Philizot, peu disert en matière de chiffres, a le mérite de pouvoir être lu rapidement. Il pose cependant de nombreuses questions. Le Gouvernement joue, avec ce rapport sans visibilité financière et la demande des régions de se voir confier la gestion de certaines lignes, une partition habile. La procédure, prévue par l'article 172 de la LOM, demeure floue, dans la mesure...