Interventions sur "maritime"

932 interventions trouvées.

Photo de Philippe FolliotPhilippe Folliot, rapporteur :

Quelles sont les modernisations prioritaires des infrastructures portuaires ? 10 ans après la réforme de 2012, quel est le bilan de l'acquisition du statut de Grand port maritime par les DROM ? Face à l'augmentation des tarifs portuaires - particulièrement élevés, notamment en Guyane - quelles solutions préconisez-vous ? Que devrions-nous mettre en place pour accélérer les éléments de multimodalité évoqués plus tôt ?

Photo de Lana TetuanuiLana Tetuanui :

...erres rares. Il nous a été répondu qu'il fallait une délimitation du plateau continental. Vous nous parlez d'une échéance à 2030 pour l'extension du plateau. Ne pouvons-nous pas aller plus vite ? Je ne remets pas en cause le positionnement et la stratégie, mais j'en appelle à une mise à disposition de moyens, qui sont aujourd'hui bien insuffisants. Le déséquilibre est effrayant. La surveillance maritime est au coeur de la compétence régalienne. Depuis mon arrivée au Sénat en 2015, nous n'avons eu de cesse de demander plus de patrouilleurs, tant pour la lutte contre le trafic de drogues que celle des pillages de nos eaux. J'ai été très inquiète suite à l'affaire des sous-marins. Quid des accords FRANZ ? Lors d'évènements météorologiques tels que ceux qui ont touché Saint-Barthélemy et Saint-Marti...

Photo de Victorin LurelVictorin Lurel :

J'approuve les propos de mes collègues. J'ai été ministre, et ai été invité plusieurs fois dans les conseils de défense lorsque nous élaborions la loi de programmation militaire. Les discussions étaient très animées. La France n'a pas les moyens d'assurer une surveillance planétaire de son aire maritime, nous le savons. La planification, la programmation et l'étalement dans le temps sont une solution. Or, aucun gouvernement n'a jamais affiché la volonté politique de donner une priorité au maritime et aux outre-mer. Je me suis battu avec Jean-Yves Le Drian sur les BATRAL, et le problème capacitaire qui est le nôtre. À l'époque, il m'a été répondu que les satellites assureraient la surveillance qu...

Photo de Philippe FolliotPhilippe Folliot :

Nous avons eu avec vous, Monsieur le président, un premier échange sur les différents éléments que nous souhaiterions développer dans notre étude. Selon nous, il faudrait tout d'abord rappeler l'atout que représentent nos outre-mer. C'est grâce à nos territoires ultramarins que la France possède le deuxième domaine maritime mondial : 97,5 % de notre zone économique exclusive (ZEE) est située en outre-mer. Sans ces territoires, la France ne serait pas une puissance maritime digne de ce nom à l'échelle planétaire. Le deuxième point qui me paraît essentiel est que la France est le seul pays au monde à avoir un domaine maritime qui s'étende sur les trois grands océans (Atlantique, Indien et Pacifique), tant sur des me...

Photo de Annick PetrusAnnick Petrus :

Tout a été dit par mon collègue rapporteur. Il nous faudra bien sûr réaffirmer l'atout des outre-mer dans la politique maritime nationale. Il ne faudra pas non plus négliger les éléments relatifs à la souveraineté et à l'insertion des outre-mer dans les routes maritimes. Enfin, la valorisation des ressources marines (comme le développement de l'aquaculture à Mayotte) et le développement de l'économie bleue durable seront aussi à étudier.

Photo de Teva RohfritschTeva Rohfritsch :

Je me réjouis de vous retrouver physiquement et non pas en visioconférence avec 12 heures de décalage horaire. Le Président Artano a aimablement rappelé que je participe aux travaux du Conseil national maritime de la mer et des littoraux (CNML), dont je suis membre depuis mars 2021. Je tiens à remercier les sénateurs, dont le Président, qui ont accepté de partager avec moi leurs réflexions sur la politique maritime en m'adressant leurs contributions écrites ainsi que sur la biodiversité, puisque la stratégie nationale pour la biodiversité est également en cours de refondation. Je voulais aussi évoque...

Photo de Vivette LopezVivette Lopez :

Le secrétariat de la commission des affaires économiques m'a signalé qu'aucun ultramarin ne s'était inscrit pour participer aux travaux d'un groupe d'étude sur la pêche et les produits de la mer. Cette information ne vous est peut-être pas parvenue et je tenais à vous la signaler. J'aimerais participer aux travaux de la délégation sur la place des outre-mer dans la stratégie nationale maritime car je termine une formation d'une année à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) sur la thématique des enjeux et de la stratégie maritime pour la souveraineté de la France. Il y est beaucoup question des outre-mer, de l'Indo-Pacifique et des routes maritimes. Stéphane Claireaux, le député de Saint-Pierre-et-Miquelon, suit également cette formation. Un rapport a été rendu récem...

Photo de Nassimah DindarNassimah Dindar :

...rts budgétaires que notre collègue Georges Patient avait rédigés au cours des sessions précédentes. Chacun sait que ses rapports contenaient des pistes intéressantes. Pourtant, à l'occasion de chaque loi de finances, nous revenons en vain sur les mêmes explications. Il risque d'en être de même, aujourd'hui, pour notre excellent rapport sur le logement et, demain, pour notre rapport sur les enjeux maritimes. Ces enjeux ne concernent pas seulement les outre-mer, mais notre pays et les pays limitrophes. Je n'ai pas de formule à préconiser mais, alors que des élections nationales approchent, nous pourrions auditionner des personnalités dans le secteur économique et faire des propositions ou des projets visionnaires, directement avec les élus locaux pour accompagner au mieux l'ensemble des collectivi...

Photo de Teva RohfritschTeva Rohfritsch :

Je fais miens les propos de Nassimah Dindar. Sur l'aspect « routes maritimes et stratégie portuaire », nous pourrions aussi aborder la problématique de l'impact de la crise sanitaire sur le coût de la vie dans nos outre-mer que l'on sait déjà élevé. Dans le Pacifique, nous constatons un doublement du coût du transport pour l'acheminement des marchandises. Ce phénomène est assez général. Certaines routes sont en train d'être coupées, notamment avec l'Asie. La résilience f...

Photo de Patricia DemasPatricia Demas :

...t proposée ? La crise sanitaire a confirmé l’engouement des Français à voir dans les campagnes l’accès à une meilleure qualité de vie. Alors que les villes manquent cruellement de logements, il existe un fort potentiel, sans construction nouvelle, dans les communes rurales, dont certaines souffrent de désertification. N’y aurait-il pas ici une occasion à saisir ? Dans mon département, les Alpes-Maritimes, la petite commune d’Ascros a sauvé son école en lançant un appel pour que de nouvelles familles viennent s’installer dans des logements vacants de son village. Cela a été du gagnant-gagnant. Mais une telle initiative est malheureusement trop rare. Monsieur le secrétaire d’État, un grand nombre de maires ruraux comptent sur la mise en œuvre d’un plan national ambitieux de résorption de la vacan...

Photo de Michel CanevetMichel Canevet :

Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, le groupe Union Centriste a souhaité que nous nous penchions sur les questions maritimes, car il lui semble important que notre pays affiche dans ce domaine une ambition extrêmement forte. Nous avions apprécié, madame la ministre, la création d’un ministère de la mer, qui permettait d’identifier un interlocuteur ministériel spécifique. Il nous faut désormais mener des actions qui soient à la hauteur du domaine maritime de notre pays, lequel est, je vous le rappelle, le deuxième au ...

Photo de Jacques FerniqueJacques Fernique :

Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, deuxième secteur le plus producteur de gaz à effet de serre avec près d’un quart des émissions mondiales, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les transports ont une lourde responsabilité dans les bilans carbone nationaux et internationaux. Si la circulation maritime ne représente qu’une petite part de ce volume, elle n’en reste pas moins un élément essentiel, et longtemps sous-estimé, de la transition énergétique. Plusieurs évolutions se sont fait jour ces dernières années afin de réduire l’impact environnemental du transport, à commencer par la réduction de la vitesse ; un seul nœud de moins peut ainsi permettre d’éviter de 15 % à 20 % des émissions de CO2...

Photo de Jacques FerniqueJacques Fernique :

Madame la ministre, je vous remercie de vos éléments de réponse et des pistes tracées. Il semble toutefois nécessaire de fixer des calendriers réalisables pour la mise en place de ces solutions et de déterminer, avec le ministère de la transition écologique, des objectifs clairs et quantifiables d’émissions de CO2 pour le transport maritime de voyageurs.

Photo de Nadège HavetNadège Havet :

Madame la ministre, le secteur maritime trans-Manche est doublement affecté, par le Brexit et par la crise du coronavirus. Il accuse sur l’année 2020 un recul de 80 % de son chiffre d’affaires. L’activité de transport de passagers à ce jour est quasiment inexistante et sans aucune perspective de reprise. Brittany Ferries est la compagnie la plus touchée par la crise : de 2, 5 millions de passagers, elle est passée à 700 000 en 2020. C...

Photo de André GuiolAndré Guiol :

Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, avec plus de 5 000 kilomètres de linéaire côtier métropolitain, la France peut s’enorgueillir de posséder l’une des plus grandes façades maritimes d’Europe. Pourtant, le trafic de nos principaux ports se place loin derrière celui de nos voisins. L’activité du Havre, premier port à conteneurs français, ne représente que le quart, voire le cinquième, de celle de ports comme Rotterdam, Anvers ou Hambourg. Si l’on considère les données en tonnage de marchandises, les résultats ne sont guère différents. Avec ses 65 millions d’habitants, la Fra...

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, la crise sanitaire et le Brexit fragilisent terriblement le trafic trans-Manche. Pourtant, plus la situation se dégrade et moins vous semblez vous intéresser à la situation des liaisons maritimes. L’activité partielle et les prêts garantis ont certes été activés, mais aucune aide spécifique n’a été à ce stade engagée pour les emplois maritimes. Sur les littoraux des Hauts-de-France, de la Bretagne et de la Normandie, le sort de 20 000 salariés est pourtant en jeu. Les remboursements de cotisations sociales et salariales que vous avez évoqués ne sont pas encore effectifs, et il faudra m...

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

Vous n’avez pas répondu à ma question relative à la ligne, opérée en DSP, Dieppe-Newhaven, qui est très importante pour mon département de la Seine-Maritime. Or, a priori, il n’est pas prévu qu’elle bénéficie du net wage, mais peut-être ce point pourrait-il être étudié. Par ailleurs, vous affirmez que nous avons le temps de nous préparer aux nouvelles contraintes liées aux entrées et aux sorties de nos ports. Permettez-moi d’insister, car les acteurs alertent sur l’étendue des travaux et le coût des équipements et des infrastructures ...

Photo de Jean-Michel HoullegatteJean-Michel Houllegatte :

...parue aujourd’hui, montrent que les jeunes enfants ne sont pas moins contaminants que les adultes. De même, depuis le décret du 20 février dernier, les chauffeurs de poids lourds revenant en France depuis le Royaume-Uni n’ont plus besoin de présenter un test de dépistage s’ils sont restés moins de quarante-huit heures sur le sol britannique. Les marins et le personnel navigant de ces compagnies maritimes courent donc le risque d’être contaminés. Devant ce danger potentiel, et une fois l’ensemble des publics prioritaires vaccinés – comme c’est déjà le cas pour les personnes âgées en Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), et comme ce sera le cas dès la mi-avril pour tous les enseignants, ainsi qu’Emmanuel Macron l’a annoncé aujourd’hui à Valenciennes –, est-il envisa...

Photo de Pascal MartinPascal Martin :

Madame la ministre, les liaisons maritimes entre la France et la Grande-Bretagne sont vitales pour notre économie. Une étude réalisée en 2020 révèle que la ligne de ferries reliant Dieppe à Newhaven, reprise depuis 2001 par le conseil départemental de la Seine-Maritime, sous forme d’une DSP, génère 48 millions d’euros par an de retombées à l’échelle départementale, 82 millions d’euros à l’échelle régionale et 219 millions d’euros à l’éch...

Photo de Didier MarieDidier Marie :

À Dieppe – je suis moi aussi un élu de la Seine-Maritime –, l’opérateur DFDS Seaways a enregistré une diminution de 66 % du trafic de passagers. Alors que celui-ci représentait 50 % du chiffre d’affaires de l’entreprise en 2019, il ne constitue plus aujourd’hui que 2 % de l’activité. La baisse de volumes touche aussi le fret, après une légère embellie à la fin de 2020, alors que les Britanniques constituaient des stocks. Cette situation précipitera l...