Interventions sur "militaire"

2971 interventions trouvées.

Photo de Marc LaménieMarc Laménie, rapporteur spécial :

...épultures. Il faudra donc compter sur le dévouement des bénévoles, anciens combattants et autres. Or le moins que l'on puisse en dire est que le budget pour 2019 ne témoigne pas aux anciens combattants la reconnaissance qui leur est due. Il y a certes deux mesures dont nous pouvons nous féliciter : l'amélioration de la situation réservée aux harkis et l'attribution de la carte du combattant aux militaires demeurés en Algérie après le 2 juillet 1962. Cette dernière mesure a été constamment portée par le Sénat et est, enfin, mise en oeuvre. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Il est vrai qu'elle implique un certain coût. À terme, elle pourrait profiter à près de 50 000 personnes pour une charge totale de plus de 60 millions d'euros, dont 30 millions d'euros au titre des avantages fiscaux et socia...

Photo de Dominique de LeggeDominique de Legge, rapporteur spécial :

Le budget 2019 constitue la première année de mise en oeuvre de la loi de programmation militaire (LPM) pour les années 2019 à 2025, adoptée il y a quelques mois. Force est de constater que le montant des crédits de paiement, hors pensions, inscrits dans ce budget, 37,9 milliards d'euros, en hausse de 1,7 milliard d'euros par rapport à 2018, est conforme à la trajectoire fixée dans la LPM, dont je ne détaillerai pas ici les limites. Souvenons-nous simplement que l'effort prévu entre 2019 et 2...

Photo de Roger KaroutchiRoger Karoutchi :

Vous estimez, s'agissant du Val-de-Grâce, que le ministère des armées aurait intérêt à ne pas céder le site. La partie hospitalière est néanmoins déjà fermée et les autorités renvoient les patients vers d'autres hôpitaux militaires. Le Val-de-Grâce n'est désormais plus qu'un immeuble fantôme dont seuls les bâtiments de l'arrière sont encore occupés. Il semblerait, en outre, que des acheteurs potentiels se soient déjà manifestés et qu'un accord soit en cours avec la Ville de Paris pour ériger un nouveau quartier. Vous semble-t-il, dans ses conditions, encore possible de revenir en arrière ?

Photo de Dominique de LeggeDominique de Legge, rapporteur spécial :

Pour répondre à Roger Karoutchi, de nombreux militaires sont stationnés à Paris dans le cadre de l'opération Sentinelle. Pour les loger, des travaux sont réalisés dans des casernes de banlieue. Mais il leur est conseillé de ne pas prendre les transports en commun. Dès lors, au Fort de l'Est par exemple, ils peuvent difficilement sortir de leur baraquement. Il me semble donc préférable de conserver des capacités d'hébergement intra-muros. À Éric Bocq...

Photo de Pascal AllizardPascal Allizard, co-rapporteur du programme 144 :

...ment le système de combat aérien futur. Le SCAF, vise à conserver, à l'horizon 2040 et plus, notre supériorité en opérations. Nous avons listé une somme de menaces portant sur les technologies et les ruptures de technologies auxquelles nous devrons faire face. Nous avons identifié les besoins. En avril 2018, un accord a été conclu entre les chefs d'état-major allemands et français sur les besoins militaires. Depuis, nous travaillons pour savoir comment faire face à ces menaces. Ce système de combat futur sera construit autour d'une plateforme d'avion de combat, habité ou non, polyvalent, autour duquel nous placerons un certain nombre d'effecteurs, des drones et de l'armement. Quoi qu'il en soit, c'est la connectivité qui sera le game changer. Il est essentiel, dans les combats de demain, de pouvoir...

Photo de Gilbert-Luc DevinazGilbert-Luc Devinaz :

...lité en nous entraînant au meilleur niveau avec nos alliés. Cela nous permet de conserver notre capacité d'entrer en premier, et de lutter contre les stratégies de déni d'accès. Je note d'ailleurs au passage que le Rafale est un des meilleurs avions de combat au monde. Sur le spatial, je ne peux en dire beaucoup plus à ce stade. L'Armée de l'air a des capacités qui vont contribuer à la politique militaire spatiale évoquée par le Président de la République dès le 13 juillet dernier. Nous avons mis en place un groupe de travail sur ce sujet, qui devrait présenter ses conclusions à la fin de l'année. Il y a les opérations depuis l'espace, et le développement plus récemment par certains Etats d'opérations inamicales dans l'espace, auxquelles il va falloir réagir. Par rapport au risque cyber, la respo...

Photo de Joëlle Garriaud-MaylamJoëlle Garriaud-Maylam :

...ier, je vous avais fait part de mes craintes concernant une suppression éventuelle de la Journée défense et citoyenneté (JDC) pour les Français de l'étranger. Le 4 octobre dernier, cette nouvelle a été annoncée aux Français de l'étranger, réunis en assemblée générale. J'ai interrogé le ministre des affaires étrangères, qui n'avait pas l'air très informé. On connaît son penchant pour les affaires militaires et de défense... Le chef d'état-major des armées, que j'ai interrogé également, n'était pas davantage au courant. Or il s'agit d'un sujet extrêmement grave. Les jeunes Français de l'étranger, qui ne bénéficieront pas de la JDC seront discriminés. Il est extrêmement important, pour des raisons de stratégie, d'influence, de devoir de mémoire et de citoyenneté, que ces jeunes puissent eux aussi pr...

Photo de Yannick VaugrenardYannick Vaugrenard :

...rammation et de réforme pour la justice comprend un certain nombre de mesures dans ce domaine. Pensez-vous que ces réformes sont de nature à rendre son attractivité à la fonction d'officier de police judiciaire au sein de la gendarmerie ? Quel est l'état d'avancement du dossier de la dématérialisation des procédures ? En 2015 ont été créées au sein des armées les associations professionnelles de militaires (APNM). Pourriez-vous faire un bilan de cette réforme à ce jour, en nous indiquant notamment si certaines de ces APNM ont atteint le seuil de représentativité nécessaire pour participer au dialogue organisé au niveau national, par les ministres des armées et de l'intérieur ainsi que par les autorités militaires, sur les questions générales intéressant la condition militaire ? Pour finir, je vou...

Photo de Cédric PerrinCédric Perrin, rapporteur pour avis, pour le programme 146 « Equipements des forces » :

L'armée de terre a été bien servie par la loi de programmation militaire, et je pense qu'elle vous le doit en grande partie. En effet, vous nous présentez une vision et des objectifs clairs de ce que doit être l'armée dans les années qui viennent. Vous avez parlé d'innovation. Nous avons eu, il y a quelques jours, une réunion avec nos collègues allemands. Pouvez-vous nous en dire plus sur la coopération européenne en matière d'armement ? Il y a une obligation absolu...

Photo de Isabelle Raimond-PaveroIsabelle Raimond-Pavero :

... dont vous nous avez parlé ? L'armée doit rester légitime en cas de conflit. Mais cette dureté exige une énergie envers soi-même, sans défaillance. Cependant, votre préoccupation est à la fois de rester attractif pour pouvoir fidéliser les hommes, et soutenir les forces au plus près. Estimez-vous avoir, à travers les mesures envisagées, à la fois les moyens et les leviers suffisants, pour que nos militaires aient un encadrement humain et matériel dont ils ont besoin ?

Photo de Pierre LaurentPierre Laurent :

Ma question porte sur la diversification de vos engagements. Avec le développement de la menace terroriste, un des faits nouveaux est le déploiement d'effectifs militaires sur le territoire national. Quelle est la proportion que mobilise l'engagement de nos forces sur le territoire par rapport aux autres opérations ? Quelles sont les évolutions possibles ?

Photo de Rachel MazuirRachel Mazuir :

...haîne de commandement. J'avoue que les réponses apportées m'ont laissé sur ma faim. Général Jean-Pierre Bosser, Chef d'état-major de l'armée de terre. - Nos soldats méritent qu'on s'occupe d'eux. Le chef d'état-major de l'armée de terre est là pour cela. Je le fais sans complexe. Je l'ai dit à la réunion de commandement qui a eu lieu il y a quelques semaines avec le CEMA et l'ensemble des chefs militaires : si j'avais été le chef d'état-major de la marine, je me serais battu pour les SNA BARRACUDA, si j'avais été le chef d'état-major de l'armée de l'air, je me serais battu pour les ravitailleurs en vol. En tant que chef d'état-major de l'armée de terre, je me bats sans complexe pour les chaussures de mes soldats et pour leurs tenues de sport. A hauteur d'hommes, deux points me paraissent import...

Photo de Pascal AllizardPascal Allizard, co-rapporteur pour avis du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

Au titre des études amont du programme 144, 151 millions d'euros seront engagés et 100 millions d'euros dépensés au titre de différents programmes concernant d'une part le renseignement militaire et la surveillance, et, d'autre part, dans le domaine des systèmes d'information et de la cybersécurité - notamment la deuxième phase du programme Artemis relatif à la valorisation et aux traitements des données de masse. Pourriez-vous nous dire quelques mots de ce programme Artemis, nous indiquer les moyens qui ont été consacrés à sa première phase, les résultats de ces études, les moyens qui se...

Photo de Michel BoutantMichel Boutant, co-rapporteur pour avis du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

Le PAP annonce la poursuite et le lancement de nouvelles études dans les domaines du renseignement militaire et de la surveillance - notamment dans le domaine du renseignement image - et le développement d'outils de recueil et de gestion des données de renseignement électromagnétique. Il est indiqué également qu'en 2019 les travaux portant sur la préparation des moyens spatiaux futurs de renseignement d'origine image seront poursuivis, et que seront lancés ceux sur les briques technologiques pour un fut...

Photo de Christine PrunaudChristine Prunaud, rapporteure pour avis du programme 178 « Préparation et emploi des forces » :

...r 2019 et dans la LPM ne permettront pas de résoudre les difficultés, par exemple celles qui sont liées à la pyramide des âges dans certaines spécialités, notamment pour des jeunes femmes entre 35 ans et 40 ans, ou à la concurrence avec les services privés. Nous avons auditionné l'amiral Jean Casabianca, major général des armées, et nous avons ressenti une inquiétude concernant la retraite. Les militaires se demandent s'ils sont des fonctionnaires comme les autres. On peut concevoir qu'ils aient un statut particulier. Comment gérez-vous ce problème ?

Photo de Joël GuerriauJoël Guerriau, rapporteur pour avis du programme 212 « Soutien de la politique de défense » :

À propos des effectifs, la LPM a fixé des soldes nettes pour chaque annuité de la programmation 2019-2025. Nous avons aujourd'hui une vision précise de cette répartition au niveau de nos armées. Nous souhaiterions avoir une vision bien au-delà, c'est-à-dire un horizon dépassant le cadre annuel. La singularité militaire sera-t-elle acquise sur la question des retraites ? Quels schémas seront retenus sur la réforme des soutiens ? Quelle sera leur articulation avec le fonctionnement des bases de défense ? Cette réforme s'accompagnera-t-elle d'emplois supplémentaires ? Pouvez-vous nous préciser l'état d'avancement des cessions immobilières parisiennes ? Nous avions souhaité en LPM que le système de décote de la ...

Photo de Michel BoutantMichel Boutant, rapporteur pour avis du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

Quelle augmentation des effectifs prévoyez-vous pour les services de renseignement placés sous votre autorité, comme la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ou la direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD), ou sous celle de l'état-major, comme la direction du renseignement militaire (DRM) ? Les services de renseignement sont confrontés à un enjeu de recrutement de personnels très spécialisés, notamment dans les domaines scientifiques, techniques, voire linguistiques, avec les langues rares. Il y a une forte concurrence non seulement entre les services, mais aussi de la part du privé. Quelles mesures d'incitation au recrutement et de fidélisation envisagez-vous ?

Photo de Isabelle Raimond-PaveroIsabelle Raimond-Pavero :

Compte tenu des évolutions technologiques et scientifiques, quelle sera, selon vous, demain la place de l'homme dans la guerre et celle du soldat doté de l'intelligence artificielle ? Il apparait nécessaire d'imposer et de renforcer les principes éthiques fondamentaux pour ne pas transformer nos militaires en techniciens de la mort. Quels moyens seront consacrés à cette exigence ?

Photo de René DanesiRené Danesi :

...struction de l'Europe de la défense. Mais quel lien y a-t-il entre les deux ? Les peuples refusent de noyer leur identité dans le multiculturalisme, de voir leur système judiciaire placé presque sous tutelle de la Cour européenne des droits de l'homme ; ils n'acceptent plus la mondialisation avec la paupérisation de la classe moyenne qu'elle entraîne. Mais aucun ne demande la fin des coopérations militaires, ni la sortie de l'OTAN ! Pourquoi alors ce sous-entendu selon lequel le nationalisme conduirait à la guerre, quand il exprime un simple refus de perte d'identité et de déclassement social ? Les efforts de la construction de la défense européenne seront davantage contrariés par les intérêts divergents des industriels que par le vote populiste.

Photo de Pierre LaurentPierre Laurent :

Nous nous félicitons de la remise à niveau de l'effort en faveur de nos armées. Mais selon vous, faut-il considérer la hausse des dépenses militaires dans le monde, y compris l'augmentation de 2% des dépenses militaires de l'OTAN, comme une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la sécurité future du monde ? Faut-il s'en inquiéter ou s'en réjouir ? Ce budget, avez-vous dit, est un message fort adressé à nos armées, à nos alliés, à nos ennemis. Mais qui sont nos amis, qui sont nos ennemis ? Ces deux dernières catégories sont-elles stabilisées ?...