Interventions sur "nature"

65 interventions trouvées.

Photo de Sophie PrimasSophie Primas :

présidente de la commission des affaires économiques. – Cette mission conjointe de contrôle a été créée comme suite à la pétition intitulée « Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça ! », déposée sur la plateforme du Sénat par Mme Mila Sanchez et qui a recueilli près de 123 000 signatures. Le Sénat s’est saisi de cette problématique et a créé, le 24 novembre 2021, une mission de contrôle de 19 membres, qui a désigné sa présidente et son rapporteur. Le champ d’étude de cette mission a été défini de façon stricte. Il devait notamment aborder les conditions de délivrance du permis de chasse, les épreuves requises, les conditions de sécurité, la question des zones de protection des ...

Photo de Maryse CarrèreMaryse Carrère :

...alidés par la majorité des membres de la mission, hier soir. Avant de laisser le rapporteur en détailler les conclusions, je souhaite rappeler quelques éléments importants sur l’esprit et la méthode qui ont animé cette mission conjointe de contrôle. Tout d’abord, notre mission est une première. Elle a été créée, voilà maintenant dix mois, à la suite d’une pétition ayant réuni plus de 120 000 signatures. Elle est l’une des manifestations, avec l’adoption de la proposition de loi sur la déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), de l’écho qu’a trouvé auprès de nos concitoyens la volonté du Sénat de rénover le droit de pétition et de permettre à la population de participer plus activement aux travaux de la Haute Assemblée. Même s’il nous faudra peut-être réfléchir à la manièr...

Photo de Patrick ChaizePatrick Chaize :

...mplique le respect de l’angle de 30 degrés est encore souvent mal compris. Enfin, les gestes dangereux pourraient entraîner une obligation de formation, un peu à la manière des stages de récupération de points pour le permis de conduire. Par ailleurs, il convient également de s’assurer de manière plus approfondie de l’aptitude des chasseurs à détenir une arme et à s’en servir en sécurité dans la nature. À cet égard, il faut envisager d’aligner la chasse sur les sports se pratiquant avec une arme – tir sportif, ball-trap et ski-biathlon –, donc d’exiger un certificat médical annuel. Actuellement, pour la chasse, un certificat est demandé une seule fois pour passer le permis et seulement depuis 2005. Nombre de chasseurs n’en ont donc jamais présenté. Il est également nécessaire d’interdire forme...

Photo de Maryse CarrèreMaryse Carrère :

...ission conjointe de contrôle. – Merci de vos remarques. Nous avons essayé de faire la part des choses pour rédiger des propositions crédibles et réalisables. Un million de chasseurs peuvent-ils passer chaque année chez le médecin ? Normalement, chacun va chez le docteur au moins une fois par an, même s’il est en bonne santé... Il faut retisser des liens entre la chasse et les activités de pleine nature. Nous devons nous parler de nouveau sur les territoires, notamment dans les instances existantes, comme les CDESI. Nous ne voulons pas contraindre davantage les chasseurs : nous voulons leur dire que, s’ils veulent préserver la chasse, ils seront obligés de supporter ces contraintes et de parler aux autres acteurs des territoires.

Photo de Sophie PrimasSophie Primas :

présidente de la commission des affaires économiques. – Cette mission conjointe de contrôle a été créée comme suite à la pétition intitulée « Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça ! », déposée sur la plateforme du Sénat par Mme Mila Sanchez et qui a recueilli près de 123 000 signatures. Le Sénat s’est saisi de cette problématique et a créé, le 24 novembre 2021, une mission de contrôle de 19 membres, qui a désigné sa présidente et son rapporteur. Le champ d’étude de cette mission a été défini de façon stricte. Il devait notamment aborder les conditions de délivrance du permis de chasse, les épreuves requises, les conditions de sécurité, la question des zones de protection des ...

Photo de Maryse CarrèreMaryse Carrère :

...alidés par la majorité des membres de la mission, hier soir. Avant de laisser le rapporteur en détailler les conclusions, je souhaite rappeler quelques éléments importants sur l’esprit et la méthode qui ont animé cette mission conjointe de contrôle. Tout d’abord, notre mission est une première. Elle a été créée, voilà maintenant dix mois, à la suite d’une pétition ayant réuni plus de 120 000 signatures. Elle est l’une des manifestations, avec l’adoption de la proposition de loi sur la déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), de l’écho qu’a trouvé auprès de nos concitoyens la volonté du Sénat de rénover le droit de pétition et de permettre à la population de participer plus activement aux travaux de la Haute Assemblée. Même s’il nous faudra peut-être réfléchir à la manièr...

Photo de Patrick ChaizePatrick Chaize :

...mplique le respect de l’angle de 30 degrés est encore souvent mal compris. Enfin, les gestes dangereux pourraient entraîner une obligation de formation, un peu à la manière des stages de récupération de points pour le permis de conduire. Par ailleurs, il convient également de s’assurer de manière plus approfondie de l’aptitude des chasseurs à détenir une arme et à s’en servir en sécurité dans la nature. À cet égard, il faut envisager d’aligner la chasse sur les sports se pratiquant avec une arme – tir sportif, ball-trap et ski-biathlon –, donc d’exiger un certificat médical annuel. Actuellement, pour la chasse, un certificat est demandé une seule fois pour passer le permis et seulement depuis 2005. Nombre de chasseurs n’en ont donc jamais présenté. Il est également nécessaire d’interdire forme...

Photo de Maryse CarrèreMaryse Carrère :

...ission conjointe de contrôle. – Merci de vos remarques. Nous avons essayé de faire la part des choses pour rédiger des propositions crédibles et réalisables. Un million de chasseurs peuvent-ils passer chaque année chez le médecin ? Normalement, chacun va chez le docteur au moins une fois par an, même s’il est en bonne santé... Il faut retisser des liens entre la chasse et les activités de pleine nature. Nous devons nous parler de nouveau sur les territoires, notamment dans les instances existantes, comme les CDESI. Nous ne voulons pas contraindre davantage les chasseurs : nous voulons leur dire que, s’ils veulent préserver la chasse, ils seront obligés de supporter ces contraintes et de parler aux autres acteurs des territoires.

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, premier vice-président de l'Office :

Je remercie Huguette Tiegna pour ce travail. Cette réflexion sur le biomimétisme a évidemment vocation à être développée et approfondie par la suite. La différence entre les attitudes française et allemande est intéressante. Elle traduit bien les différences de comportements dans ces deux sociétés en apparence très proches, mais qui ont historiquement, vis-à-vis de la nature et de l'environnement, des comportements durablement distincts. Une explication serait que la France, pays à faible densité de population, a traditionnellement considéré que la nature était un bien inépuisable, dont on pouvait profiter pour le développement de la richesse humaine, fût-ce au détriment de la richesse dite naturelle. L'Allemagne, pays moins riche sur les plans géographique et agron...

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, premier vice-président de l'Office :

Je pense en effet que c'est une piste à préciser et à approfondir dans nos conclusions. Un autre sujet concerne la mobilisation de la nature en lieu et place de solutions issues du génie humain. Ainsi, de grandes entreprises européennes, par exemple BioMérieux, se proposent de mobiliser des insectes en lieu et place des pesticides. Avez-vous des informations sur ce sujet assez passionnant ?

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, premier vice-président de l'Office :

...téressante, car dans le cadre de l'aviation, l'approche biomimétique nous a plutôt induits en erreur, puisque les contraintes mécaniques ne permettent pas de reconstituer le vol d'un oiseau. C'est seulement l'introduction du moteur thermique et la grande densité d'énergie associée aux énergies fossiles qui a permis de mettre au point des moteurs particulièrement légers. On obtient une réponse antinaturelle, mais terriblement efficace. L'architecture Art Nouveau, à la fin du XIXe siècle en Autriche, en Belgique, et en France, est un retour en force de la nature dans l'architecture, à travers la composante végétale de la décoration. Cependant, rendre hommage à la nature n'est pas la même chose que faire du biomimétisme, les bouches de métro d'Hector Guimard en sont un exemple. On identifie donc d...

Photo de Catherine ProcacciaCatherine Procaccia, sénateur, vice-présidente de l'Office :

Au-delà de ces remarques très positives, auxquelles je m'associe, certains éléments me gênent. La note évoque des bibliothèques ou des catalogues de ressources, mais que vient faire ceci dans une note sur le biomimétisme, censée expliquer ce que l'on fait en la matière ? En quoi le catalogue d'un muséum d'histoire naturelle, répertoriant des animaux morts, est-il une aide au biomimétisme ? Quelle est la place de la recherche sur les animaux dans le biomimétisme ? Ce domaine est maintenant très encadré. L'Oréal a ainsi été l'une de premières entreprises à ne plus utiliser d'animaux dans ses recherches il y a dix ans. Ce sujet me semble donc se situer à la limite des recommandations que peut porter une telle note....

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, premier vice-président de l'Office :

...echnologie bio-inspirée devrait avoir une analyse du cycle de vie irréprochable et s'inscrire dans une philosophie de protection de la biodiversité. Travailler avec le vivant implique de placer l'éthique au coeur de la démarche car il ne faut pas faire dire au vivant ce qu'il ne nous dit pas. Certes, le risque existe que par un biomimétisme manipulé, des entreprises revendiquent l'imitation de la nature pour justifier leurs actions. Mais ce risque n'est pas établi, c'est un danger parmi d'autres, comme tous les comportements humains. Je pense qu'ouvrir ce passage par la mention d'un « biomimétisme durable au service de l'économie » serait très pertinent et je propose d'indiquer que travailler avec le vivant implique de « placer l'éthique au coeur de la démarche et de faire partager cette éthique...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville, vice-présidente de l'Office, rapporteure :

...s avérés sur la santé et l'environnement. Parmi ces polluants réglementés, plusieurs présentent un intérêt particulier : les oxydes d'azote, qui sont issus de la combustion et de la synthèse d'engrais chimiques et qui irritent fortement les voies respiratoires ; les particules fines, qui sont soit d'origine anthropique, en provenance de l'industrie, des transports et du chauffage, soit d'origine naturelle, issues des poussières du désert, du pollen, etc. Elles peuvent pénétrer dans l'appareil respiratoire et plus elles sont fines, plus elles sont susceptibles de pénétrer en profondeur, voire de passer dans la circulation sanguine. Enfin, il faut citer l'ozone des basses couches de l'atmosphère. Ce gaz est issu des activités humaines et il est très irritant pour les voies respiratoires La pollu...

Photo de Ronan Le GleutRonan Le Gleut, sénateur, rapporteur :

... toutes ces fonctionnalités font en fait deux choses. Certaines visent à imiter le réel et à minimiser les frottements induits par la technologie, qui sont les véritables causes de la Zoom fatigue. L'horizon est ici celui de la réalité virtuelle. Le premier enjeu est bien sûr celui de la qualité des flux audio et vidéo, mais beaucoup d'autres options permettent de rendre les choses un peu plus « naturelles » : l'affichage dynamique (sur la personne qui parle), le remplacement du mode galerie par une salle de réunion ou un amphithéâtre virtuels, ou encore la correction du regard pour avoir l'impression de se voir en face. L'ancien examinateur de brevets qui vous parle se souvient ainsi d'une technologie qui utilisait deux caméras, placées de chaque côté de l'écran, et fusionnait les deux images ...

Photo de Ronan Le GleutRonan Le Gleut, sénateur, rapporteur :

...el au vu du risque de contournement. Nos auditions nous ont cependant conduit à faire le constat que les systèmes les plus sûrs sont aussi les moins ergonomiques. Aussi recommandons-nous que chaque organisation fasse son propre arbitrage. Il est évident qu'une entreprise de la défense ne va peut-être pas avoir les mêmes contraintes qu'une administration. Encore faut-il aussi prendre en compte la nature des sujets abordés. Voilà pour ce qui est des questions de sécurité. J'en viens aux applications américaines. Les entreprises américaines sont tenues, en vertu du Cloud Act de 2018 et du Patriot Act de 2001, de coopérer avec la justice et les services de renseignement des États-Unis, quel que soit le lieu d'hébergement de leurs données. Il faut que nous en ayons conscience. Il est aussi de notre...

Photo de Jean-François LongeotJean-François Longeot :

...bre 2021. En conséquence, je vous invite, dès lors que cela vous est possible, à être présents physiquement lors de nos réunions de commission à compter du 1er novembre prochain. Notre ordre du jour est tout d'abord consacré à une communication sur le déplacement à Marseille d'une délégation de la commission conduite par notre collègue Guillaume Chevrollier à l'occasion du Congrès mondial de la nature, organisé par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Je tiens à souligner l'importance de ce genre d'événement. C'est en effet l'opportunité pour notre commission de rencontrer des acteurs de premier plan, de prendre le pouls dans nos domaines de compétence et de nourrir nos travaux au plus près des lieux où sont élaborées et prises les décisions qui fixent le cadre de ...

Photo de Guillaume ChevrollierGuillaume Chevrollier :

Comme le président vient de l'indiquer, une délégation de la commission, composée de 7 sénateurs, s'est rendue les 9 et 10 septembre dernier au Congrès mondial de la nature organisé par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). C'est la première fois que la France avait l'honneur d'accueillir ce qui est souvent considéré comme le principal événement international consacré à la biodiversité. Avec 9 200 congressistes, 9 halls d'exposition et plus de 25 000 visiteurs - car cet événement était pour la première ouvert à la société civile -, il s'ag...

Photo de Ronan DantecRonan Dantec :

...re des grandes régulations est dépendant de l'évolution du monde. La COP 26 à Glasgow nous donnera un éclairage plus précis afin de déterminer si nous vivons un moment d'affrontement ou propice à la recherche de solutions. Concernant la mobilisation des parlementaires, la volonté de travailler en commun est palpable, à travers la création du réseau des parlementaires francophones engagés pour la nature et le climat, fédérant notamment des parlementaires de l'Afrique de l'Ouest. En parallèle, l'organisation non-gouvernementale américaine ICCF (International Conservation Caucus Foundation) cherche à fédérer les parlementaires du monde entier en faveur de la préservation de la nature. Cette initiation est indispensable et de ce point de vue, Marseille a pleinement joué son rôle : mettre les acteu...

Photo de Stéphane DemillyStéphane Demilly :

J'aurais deux questions pour ma part. Je souhaite tout d'abord savoir si, à la suite de vos échanges et entretiens à Marseille, un modèle de gestion des espaces naturels vous a particulièrement inspiré ou pourrait faire office de modèle international. Pour avoir siégé à l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) quand j'étais député, il existe une commission de la coopération et du développement qui traite de ces questions. Ne serait-il pas opportun de se rapprocher de cette instance ?