⚠️ ⚠️ ⚠️ Attention ! Faute de forces bénévoles suffisantes, NosSénateurs.fr ne peut plus être maintenu à ce jour. Le site ne reflète donc plus la réalité de l'activité des sénateurs depuis plusieurs mois.

Interventions sur "personnes âgées"

192 interventions trouvées.

Photo de Solanges NADILLESolanges NADILLE :

Par cet amendement, il s'agit de faire en sorte que le partage des informations transmises dans le cadre du service public départemental de l'autonomie (SPDA) respecte le règlement général sur la protection des données (RGPD). La simplification de l'accès aux droits et aux parcours constitue un enjeu majeur pour le public des personnes âgées et des personnes handicapées. À ce titre, le service public départemental de l'autonomie vise à faciliter les parcours et à améliorer l'accès à l'information et aux droits des personnes. Face à la profusion d'acteurs locaux engagés dans l'accompagnement des personnes en perte d'autonomie, ce nouveau service public a pour vocation de mettre lesdits acteurs en synergie, qu'ils relèvent du champ sa...

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

La précision apportée par cet amendement relève du pléonasme. En effet, le SPDA aura pour mission de s'assurer de la réalisation, par les services qui en ont la charge, de l'instruction, de l'attribution et de la révision des droits des personnes âgées et en situation de handicap. Il s'agit donc bien de garantir l'effectivité des droits. L'avis est défavorable.

Photo de Corinne FeretCorinne Feret :

Il est proposé, par cet amendement, de mentionner spécifiquement les centres communaux et intercommunaux d'action sociale, les CCAS et les CIAS, parmi les pilotes du nouveau service public départemental de l'autonomie. Une telle mention est nécessaire au regard de l'importance du rôle des CCAS et des CIAS, qui gèrent 700 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et 1 000 résidences autonomie, soit respectivement 10 % et 60 % des structures existantes. Un quart de ces CCAS et CIAS sont gestionnaires d'un établissement d'accueil pour personnes âgées, proportion appelée à augmenter avec celle de la demande, inexorable au vu du vieillissement de la population.

Photo de Anne SOUYRISAnne SOUYRIS :

...ntégré au service des seniors, sur la période 2022-2025. Ce dernier intègre pleinement les CCAS et reconnaît leur importance pour un accompagnement de proximité sans rupture. Au total, 700 Ehpad et 1 000 résidences autonomie sont gérés par les CCAS et les CIAS, soit respectivement 10 % et 60 % des structures existantes. Un quart de ces centres sont gestionnaires d'un établissement d'accueil pour personnes âgées, proportion appelée à augmenter avec celle de la demande, au vu de la transition démographique et du caractère faiblement lucratif de l'offre, ce qui explique leur place et celle du public ou du privé solidaire. Pour toutes ces raisons, il est donc logique de mentionner spécifiquement les centres communaux et intercommunaux d'action sociale parmi les pilotes du nouveau service public département...

Photo de Henri CabanelHenri Cabanel :

Cet amendement va dans le sens d'un amendement défendu précédemment. De nombreuses associations apportent un soutien aux personnes âgées en perte d'autonomie et à leurs proches. Elles viennent à leur rencontre et sont parfois des primo-interlocutrices. Elles orientent les personnes âgées en perte d'autonomie et leurs proches vers des structures spécialisées. Elles mettent aussi en place des actions pour défendre leurs intérêts et leurs droits. Ces associations possèdent une expertise spécialisée et sont souvent perçues comme plus...

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

Ma chère collègue, le texte prévoit que les établissements et services médico-sociaux, notamment ceux qui accueillent ou accompagnent des personnes âgées ou des personnes en situation de handicap, seront membres du SPDA. Il ne semble donc pas nécessaire de prévoir également que les représentants des unions, fédérations ou groupements représentatifs des personnes morales gestionnaires des ESSMS en fassent partie. Avis défavorable.

Photo de Anne SOUYRISAnne SOUYRIS :

Afin de prendre en compte les besoins et les aspirations des personnes, le service public départemental de l'autonomie a besoin de l'expertise des usagers experts et des associations qui les représentent. Siégeant déjà dans certaines instances nationales comme la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), les associations représentant les personnes âgées et leurs familles doivent être pleinement intégrées à l'écosystème territorial tel qu'il est configuré par cette proposition de loi. Adapter la société au vieillissement ou au handicap passe par la représentation des personnes concernées et par la reconnaissance de leur expertise dans l'élaboration et l'orientation des politiques publiques dont elles sont les destinataires. Si, vraiment, le rôle...

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

Derechef, les associations représentant les personnes retraitées, les personnes âgées et leurs familles ne semblent pas à leur place parmi les membres du SPDA. En revanche, ces associations sont représentées au sein du CDCA. Par ailleurs, sur la forme, le dispositif de l'amendement cite un article réglementaire, ce qui justifierait également son rejet. Avis défavorable.

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

Ces amendements visent à préciser que le diagnostic des besoins des personnes âgées sera établi par la commission des financeurs du SPDA sur la base, notamment, des données infradépartementales issues des analyses des besoins sociaux produites par les CCAS. Bien que l'utilisation de cet outil semble pertinente, cette précision ne semble pas utile au niveau de la loi, car l'analyse des besoins sociaux n'est définie qu'au niveau réglementaire. Avis défavorable.

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

Cet amendement vise à préciser qu'outre les membres de droit de la commission des financeurs de l'habitat inclusif pour les personnes handicapées et les personnes âgées toute autre personne physique ou morale concernée par les politiques de l'habitat peut y participer, sous réserve de l'accord de la majorité des membres de droit. Il tend également à corriger une erreur de référence. Ces ajustements rédactionnels sont bienvenus : avis favorable.

Photo de Corinne FeretCorinne Feret :

...rsement des concours financiers à ce département. Notre groupe s'oppose à cette disposition : elle va à l'encontre de la logique des lois de décentralisation et son application pourrait avoir pour conséquence l'installation d'une véritable bureaucratie, préjudiciable aux bonnes relations nouées jusqu'à présent avec la CNSA, tout en compromettant les politiques conduites sur le terrain auprès des personnes âgées. Le présent amendement vise donc à supprimer cet alinéa.

Photo de Henri CabanelHenri Cabanel :

Le déploiement sur l'ensemble du territoire des équipes locales d'accompagnement sur les aides techniques (EqLAAT) est très attendu. Ces équipes offrent un accompagnement de proximité et constituent un levier important pour le maintien de l'autonomie des personnes âgées et en situation de handicap. Cet amendement vise à préciser que les outils de communication alternative et améliorée (CAA) ont une place à part entière parmi les aides techniques auxquelles ont accès les personnes en situation de handicap, les personnes âgées, les professionnels et les aidants. La CAA permet, en effet, aux personnes privées de la parole de s'exprimer et facilite ainsi leur parti...

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

Cet amendement vise à supprimer l'obligation créée pour les établissements d'accueil et d'accompagnement des personnes âgées dépendantes d'adhérer à un groupement territorial. J'ai entendu les arguments qui viennent d'être développés. Nous sommes tous convaincus de la nécessité que les établissements coopèrent au service des personnes à accompagner. Toutefois, avant de réfléchir à l'organisation territoriale et aux regroupements possibles, il faudrait fixer un cap et une stratégie en matière d'autonomie et d'accompagn...

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

L'article 1er bis F a pour objet d'imposer aux établissements et services médico-sociaux pour personnes âgées, publics et autonomes, de coopérer dans le cadre d'un groupement territorial. La commission a considéré que cette évolution, soutenue par les représentants du secteur, serait de nature à renforcer la structuration de l'offre médico-sociale et à améliorer notamment l'accompagnement des personnes âgées dans une logique de parcours que nous appelons de nos vœux. Elle a complété le dispositif pour ...

Photo de Cathy Apourceau-PolyCathy Apourceau-Poly :

Dans la continuité de notre amendement de suppression de l'article 1er bis F, défendu par notre collègue Céline Brulin, nous demandons de supprimer les objectifs fixés pour les groupements territoriaux sociaux et médico-sociaux pour les personnes âgées. Nous avons bien entendu les arguments du rapporteur, qui considère que cette adhésion renforcera la structuration de l'offre médico-sociale et, bien évidemment, nous souscrivons à la volonté d'améliorer la coopération entre les Ehpad publics. Toutefois, il ne s'agit pas là de la solution que prévoit cet article. Le décloisonnement des politiques publiques ne peut justifier l'obligation d'adhé...

Photo de Jean SolJean Sol, rapporteur :

L'article 1er bis F prévoit que les groupements territoriaux sociaux et médico-sociaux auront pour objet, d'une part, de mettre en œuvre une stratégie commune d'accompagnement des personnes âgées, dans une logique de parcours, d'autre part, de rationaliser les modes de gestion par une mise en commun de fonctions et d'expertises. Cet amendement vise à supprimer l'objectif de rationalisation des modes de gestion. Or il nous semble qu'il s'agit d'un objectif légitime et essentiel pour que les GTSMS ne deviennent pas source de coûts supplémentaires. L'avis est défavorable.

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

Cet amendement de repli vise à supprimer l'obligation pour les établissements d'accueil et de soins aux personnes âgées d'être inclus dans des GHT. En effet, ces groupements, institués par la loi de modernisation de notre système de santé de 2016, avaient pour but de rationaliser les dépenses de santé à l'échelle d'un territoire et ainsi de gagner en efficacité tout en maintenant la proximité avec les usagers. Or, dans son rapport d'octobre 2020, la Cour des comptes rappelle qu'ils « remplissent deux missions pr...

Photo de Silvana SILVANISilvana SILVANI :

Il me semble important de rappeler que cet article a été introduit par voie d'amendement sans aucune concertation préalable avec les directeurs d'établissement. Selon le nouvel article L. 312-7-5 du code de l'action sociale et des familles, le directeur du groupement territorial social et médico-social pour personnes âgées, nommé par le directeur général de l'ARS, serait chargé d'assurer le pilotage des établissements, d'élaborer le budget, d'effectuer le recrutement des agents fonctionnaires et contractuels affectés au regroupement. En clair, l'article vise à créer une superstructure administrative qui retirerait toute liberté aux directions d'Ehpad. Dans un contexte où il est déjà difficile de trouver des candid...

Photo de Laurent SomonLaurent Somon :

Pour rappel, la loi du 7 août 2020 relative à la dette sociale et à l'autonomie précise que le rôle de la CNSA est de veiller à l'équilibre financier de la cinquième branche, de piloter, d'animer et de coordonner les acteurs participant à la mise en œuvre des politiques de soutien à l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées, d'assurer la répartition équitable du financement sur le territoire, de contribuer à l'information de ces personnes, à la recherche et à l'innovation dans le champ du soutien à l'autonomie, à la réflexion prospective sur les politiques de l'autonomie et à l'attractivité des métiers. La CNSA doit continuer à jouer ce rôle d'accompagnateur et de financeur, et non exer...

Photo de Anne SOUYRISAnne SOUYRIS :

Cet amendement a pour objet de créer un référent en matière de prévention au sein des établissements ou services sociaux et médico-sociaux accueillant des personnes âgées ou des personnes handicapées. Soyons clairs, notre amendement prévoit la désignation d'un référent pour mettre en œuvre des actions de prévention de la perte d'autonomie. Il ne s'agit pas d'affirmer que la politique de prévention de chaque établissement reposera sur ce seul référent ni de prétendre que celui-ci contribuera au renforcement de cette politique, sans augmentation des moyens dédiés e...