Interventions sur "semaine"

166 interventions trouvées.

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

...ment strict a représenté 10 milliards à 15 milliards d’euros de pertes de recettes. C’est colossal ! C’est pourquoi, dès le 24 avril, le Président de la République, recevant un certain nombre de représentants du secteur, notamment le bureau du comité de filière tourisme, a appelé à faire du tourisme une priorité nationale et a déclenché la préparation d’un plan de sauvetage, qui s’est traduit, la semaine dernière, lors du CIT, par l’annonce de dispositifs non seulement de soutien pour faire face à l’urgence, mais également de reprise pour accompagner la relance, sans oublier de penser au moyen et long terme pour la reconquête. En effet, rien ne garantit à vie à la France cette place de numéro un sur le podium mondial en matière d’attractivité touristique : de nombreuses destinations ont émergé de...

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

...s du spectacle vivant, les activités de soutien aux spectacles vivants, la création artistique relevant des arts plastiques, la gestion de salles de spectacle, la gestion des musées, la production de films, les activités photographiques, l’enseignement culturel. Le chef de l’État a reçu les représentants de ces deux grands secteurs d’activité : ceux du tourisme le 24 avril, ceux de la culture la semaine suivante. Il a ensuite annoncé un certain nombre de dispositifs tels que le maintien de droits pour celles et ceux qui contribuent fortement à la création, à savoir tous les intermittents du spectacle, jusqu’en 2021, considérant que 2020 pourrait être une sorte d’année blanche. Il y a donc non seulement une prise de conscience, mais aussi des mots et des actions forts. Avec Franck Riester, nous ...

Photo de André GattolinAndré Gattolin :

J’aimerais en premier lieu saluer l’annonce la semaine dernière du lancement du plan Tourisme. Son ampleur absolument inédite témoigne de l’immarcescible volonté qui anime le Gouvernement de faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Cela étant dit, les perspectives estivales touristiques, ce sont aussi, vous le savez, les quelque 1 200 musées français qui accueillent toute l’année nos concitoyens et les touristes étrangers. Ces musées, qui ...

Photo de Stéphane RavierStéphane Ravier :

... que je comprends. Le tourisme en PACA, c’est 10 % du PIB, 10 % de l’emploi, 20 milliards d’euros de recettes et 30 millions de visiteurs. Ce n’est pas un secteur important pour l’emploi et l’économie de Provence, c’est vital ! Aujourd’hui, il est en danger de mort : 80 % du personnel hôtelier est en chômage partiel, et ce secteur évalue déjà sa perte de chiffre d’affaires à 40 %. Ces dernières semaines, nos esprits sont restés confinés entre les murs de vos informations contradictoires. On ne suit plus votre logique ; il y a des lieux fermés, comme les supermarchés, qui sont ouverts au public, et des lieux ouverts, comme les forêts, les montagnes et les plages, qui sont fermés au public. Si j’étais taquin ou éclairé, je pourrais en conclure que les hauts lieux du consumérisme, grands pourvoyeu...

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

...pour elles, aucune compensation, ou presque, n’étant prévue à ce jour. Pourtant, cela a été souligné de manière très juste par la commission des finances du Sénat, les communes touristiques sont aujourd’hui les plus fragilisées de toutes nos collectivités. Il convient de prendre en compte cet aspect. En effet, pour relancer l’activité touristique, qui sera d’abord de proximité dans les prochaines semaines et les prochains mois, nous devrons nous appuyer sur elles. Je pourrais développer les mêmes arguments pour ce qui concerne le secteur culturel. Selon moi, l’État doit proposer des mesures très concrètes, du « sonnant et trébuchant », pour venir en aide à ces communes.

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

Je vous remercie, monsieur le secrétaire d’État, de votre réponse. Je veux croire que des choses seront proposées dans les prochaines semaines. J’insiste sur le caractère urgent et important de cette question. Vous avez d’ailleurs donné des chiffres qui montrent ce que cela peut représenter financièrement. Les mécanismes de la DGF ou de la péréquation ne sont pas toujours très favorables aux communes touristiques, …

Photo de Édouard CourtialÉdouard Courtial :

...s touchées, la restauration – cela ne vous étonnera pas – me préoccupe tout particulièrement. Ses entrepreneurs locaux font vivre nos villages. Leurs établissements sont des points d’attraction souvent indispensables, là où tant de commerces de proximité ont déjà fermé et où le développement économique est le plus fragile. Les mesures prises lors de la phase de confinement et celles annoncées la semaine dernière, que je salue, étaient indispensables. Elles vont indéniablement dans le bon sens, même s’il faudra sans doute encore les ajuster dans les mois qui viennent. Néanmoins, en dépit de ces aides, seule la reprise d’activité permettra d’assurer l’avenir de ces entreprises. L’Italie a passé ce cap hier. En France, il faudra attendre le 2 juin pour les départements classés en vert. Quant à ce...

Photo de Viviane ArtigalasViviane Artigalas :

...stion. Tout d’abord, où les Français pourront-ils partir précisément ? Cette annonce sous-entend que, si la situation sanitaire le permet, la règle des 100 kilomètres va tomber ; toutefois, il aurait été préférable de le dire. Ensuite, nous ne disposons d’aucune visibilité quant aux conditions : il ne faudrait pas que les protocoles sanitaires validés par le Gouvernement ne soient connus qu’une semaine avant l’ouverture des établissements, comme tel a été le cas pour les écoles. On aboutirait à des situations ubuesques : des touristes auraient réservé dans des établissements qui ne pourraient pas ouvrir, du fait de consignes sanitaires trop contraignantes. Enfin, nous n’avons pas de visibilité quant aux moyens. Les mesures concernant le tourisme social se font attendre, alors que la mise en œu...

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

C’est pour prévenir les difficultés que nous avons travaillé avec les filières en amont sur les protocoles sanitaires : sept d’entre elles ont déposé leur projet de protocole dès la semaine dernière, dont le secteur HCR (hôtels, cafés, restaurants) et celui des parcs à thème, avec le Snelac (Syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels). Je les en remercie. Cette semaine, nous attendons un certain nombre de recommandations et d’observations du Haut Conseil de la santé publique. Elles nous permettront d’évaluer la compatibilité de ces documents, élaborés conj...

Photo de Didier MandelliDidier Mandelli :

La semaine dernière, le Premier ministre a annoncé un plan d’accompagnement du secteur touristique à hauteur de 18 milliards d’euros. Cet engagement situe l’enjeu pour un secteur d’activité essentiel à l’économie de notre pays, qui est par ailleurs très attractif et qui est l’un des plus touchés par cette crise. J’appelle votre attention, monsieur le secrétaire d’État, sur la situation de deux composantes ...

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

...ts de protocole, qui sont effectivement d’une rigueur exemplaire : nous avons bien affaire à des professionnels de la gestion des flux. Les parcs à thème regroupent un ensemble d’espaces : il faut gérer à la fois le parking et un ensemble de jauges. Tous les éléments militent pour que, si tout se passe bien, ils puissent rouvrir dans les départements verts. La réponse définitive sera apportée la semaine prochaine, en vertu de la clause de rendez-vous avec l’ensemble des professionnels du tourisme.

Photo de Jean-Raymond HugonetJean-Raymond Hugonet :

...rdrait notre pays. Il est déjà acté qu’aucune manifestation rassemblant plus de 5 000 personnes ne se tiendra cet été. Pour ces événements, l’unique question est désormais : comment l’État compensera-t-il le colossal manque à gagner ? Pour les autres, le Gouvernement doit se prononcer le 2 juin, avec la Fête de la musique en ligne de mire. De nombreuses interrogations pèsent encore sur les deux semaines à venir. Au Sénat, dans le cadre du groupe de travail « Création », et sous l’impulsion de notre collègue Sylvie Robert, nous avons auditionné M. Bertrand Munin, sous-directeur de la diffusion artistique et des publics à la DGCA (direction générale de la création artistique). M. Munin dirige la cellule d’accompagnement des festivals, créée pour l’occasion, puisque le ministère n’avait pas d’ap...

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

...l’Ardèche –, pour évoquer ce sujet. Ces professionnels ont travaillé sur les protocoles sanitaires avec beaucoup de sérieux et ont été parmi les premiers à déposer leur projet. Pour l’hôtellerie de plein air, l’enjeu est centré sur juillet et août, qui représentent une part prépondérante du chiffre d’affaires. À cet égard, nous avons également adapté les outils de soutien : au terme du CIT de la semaine dernière, nous avons mis en place le PGE saison. Ce prêt garanti par l’État permet d’emprunter sur les trois meilleurs mois de l’année précédente. Dans le cas d’une activité très saisonnière, un professionnel peut ainsi emprunter jusqu’à 70 % à 80 % de son chiffre d’affaires, alors qu’en temps normal le PGE est plafonné à 25 % du chiffre d’affaires. C’est une véritable réponse sur mesure, notamme...

Photo de Jean-Baptiste LemoyneJean-Baptiste Lemoyne :

Vous avez abordé trois points : les résidences secondaires, l’accord européen sur l’espace Schengen et l’assouplissement des conditions de réservation. Le rayon des 100 kilomètres s’impose jusqu’au 2 juin. Une clause de rendez-vous a été fixée entre le 25 et le 28 mai – d’après ce que je comprends, cela aura plutôt lieu en fin de semaine prochaine –, pour pouvoir donner de la lisibilité sur le calendrier et les modalités d’ouverture d’un certain nombre d’activités touristiques, mais aussi pour déterminer, tout simplement, l’après-2 juin. La situation sanitaire commande d’avoir ce recul. Nous sommes à quelques jours de ce moment, et j’espère que le combat collectif que nous menons permettra de regagner, petit à petit, de la capac...

Photo de Catherine DumasCatherine Dumas :

...usical – plus de la moitié d’entre eux –, mais aussi dans le domaine du cinéma, de la littérature ou de la danse. Bien plus de la moitié de ces festivals étaient programmés entre le 16 mars et fin août ! Les rassemblements de plus de 5 000 personnes sont interdits jusqu’en septembre ; qu’en sera-t-il des festivals de dimension plus réduite ? Sur tous ces sujets, il y a urgence, et les prochaines semaines seront décisives. Lors de ce débat, nous avons tous, dans cet hémicycle, voulu montrer combien l’ensemble du territoire est concerné. Par sa géographie, son patrimoine et ses savoir-faire, notre pays, la France, est la première destination mondiale pour le tourisme. Aujourd’hui, ce que nous devons défendre, c’est cet art de vivre que le monde nous envie, l’ADN français. Nous devons bien entend...

Photo de Catherine Morin-DesaillyCatherine Morin-Desailly :

...ous ai entendu dire un jour « le verbe “réussir” dit mieux qu’aucun autre la finalité profonde de l’école : la réussite de tous les élèves ». La réussite, l’épanouissement, l’avenir des élèves, c’est bien ce qui nous préoccupe et qui nous réunit aujourd’hui, à l’occasion de ce débat dédié à l’école à l’épreuve du Covid-19. Nous avons déjà eu l’occasion d’avoir un riche échange avec vous quelques semaines après le début du confinement ; vous aviez pu nous expliquer alors la mise en place de l’école à distance. Nous avons également eu des discussions sur l’élaboration de la carte scolaire ; sur ce sujet, vous avez d’ailleurs écouté le Sénat, et je vous en remercie. Tout cela, c’était trois jours avant l’annonce, par le Président de la République, de la réouverture des établissements scolaires à c...

Photo de Jacques GrosperrinJacques Grosperrin :

...ertation, souplesse, adaptation aux réalités des territoires et préparation de la prochaine rentrée, en tenant compte des circonstances exceptionnelles qui ont marqué l’année 2019-2020. La crise sanitaire que nous traversons et les mesures prises pour y faire face sont, de mémoire d’hommes, inédites en France et chez nos principaux partenaires. Certes, les écoles ont dû fermer pendant de longues semaines à Saint-Martin, à la suite du passage de l’ouragan Irma, mais jamais, au grand jamais, l’intégralité des établissements scolaires n’avait fermé de manière inopinée, sur l’ensemble du territoire, pour une période aussi longue, même pendant la pandémie de la grippe espagnole survenue il y a cent ans, occasionnant 250 000 morts en France et près de 50 millions de décès dans le monde. Pendant les de...

Photo de Xavier IacovelliXavier Iacovelli :

... considérable des associations et la mobilisation des enseignants et des pouvoirs publics, cette fracture engendre de lourdes conséquences sur la réussite éducative de nos enfants. Ainsi, 4 % des élèves seraient totalement injoignables, selon vos propres déclarations. Certains enfants dits « prioritaires », en rupture scolaire depuis le début du confinement et qui auraient dû rentrer en classe la semaine dernière, ne seraient toujours pas revenus à l’école. Une rupture avec le milieu éducatif durant cinq mois accentue fortement les inégalités et les risques d’échec scolaire. Je pense enfin aux enfants sous protection de l’aide sociale à l’enfance (ASE), qui constituent une population fragilisée et pour laquelle les moyens logistiques sont souvent insuffisants. Ils sont particulièrement touchés p...

Photo de Max BrissonMax Brisson :

...021 devra ménager, jusqu’aux vacances de la Toussaint, des temps pour consolider les apprentissages. Peut-on aller plus loin et prévoir une adaptation des programmes et un lissage par cycle ? Enfin, la circulaire de rentrée 2019 avait été publiée le 28 mai 2019. Pouvez-vous nous donner une échéance indicative pour la publication de la circulaire de rentrée 2020 ? Est-ce une question de jours, de semaines ? Sera-t-elle publiée avant le début des vacances d’été ?

Photo de Catherine Morin-DesaillyCatherine Morin-Desailly :

...n compte les conséquences psychologiques et sur le développement de l’enfant de la période de confinement. Je pense notamment aux enfants qui ont vécu très difficilement cette période, en raison de violences familiales, sujet cher à Marie Mercier et à Dominique Vérien, ou, parfois, du décès d’un membre de leur famille. Un certain nombre de familles risquent, en outre, d’être confrontées, dans les semaines et mois à venir, à des difficultés économiques ou à des licenciements. Plus généralement, tous les enfants ont été affectés par l’indisponibilité de leurs parents à cause du télétravail, l’impossibilité de voir leurs camarades de classe et de jouer avec eux, une trop grande exposition aux écrans, une forte limitation des activités en plein air. Il est donc nécessaire de remettre l’enfant en sit...