Interventions sur "spectacle"

221 interventions trouvées.

Photo de Sylvie RobertSylvie Robert, rapporteure pour avis :

Les points de vigilance que j'avais évoqués l'année dernière dans mon rapport n'ont globalement pas été levés : le Pass culture, le Fonpeps (Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle), les conservatoires et les écoles d'art. Les différents chantiers n'ont pas beaucoup progressé. Toutefois, ce budget est un budget consolidé, stabilisé, avec une baisse des autorisations d'engagement, mais qui s'explique principalement par l'évolution d'un certain nombre d'échéanciers de travaux. Je pense à la relocalisation du Centre national des arts plastiques (CNAP) à Pantin et d'un certai...

Photo de Françoise LabordeFrançoise Laborde :

...ur rôle de contrôle. D'une part, on nous indique que ce budget est consolidé et stabilisé. On nous annonce une sincérité budgétaire. Mais, d'autre part, on constate l'existence de crédits « cachés » à travers les crédits de gestion. On se demande où ces crédits vont être pris. Il faut surveiller les crédits déconcentrés. Enfin, je pense que le principal point de discussion est le crédit d'impôt spectacle vivant, que l'Assemblée nationale a fragilisé. Le ministre nous a indiqué être très attaché aux crédits d'impôt. Il y a donc un hiatus. Afin de compenser la CSG, la ministre nous avait promis 18 millions d'euros. Certes, nous ne sommes pas encore le 31 décembre, mais ils n'ont pas encore été versés. En ce qui concerne les festivals, nous avons travaillé sur cette question avec les membres du ...

Photo de Maryvonne BlondinMaryvonne Blondin :

...n annonce, alors qu'il s'agit d'un des territoires d'expérimentation. Il y a eu un travail sur le choix des jeunes afin d'essayer de ne pas avoir des profils de jeunes identiques mais de viser des publics éloignés de la culture. Cela n'a pas abouti pour l'instant. Je vous tiendrai au courant de l'évolution de ce dossier. Un autre point de vigilance pour notre groupe concerne la sécurisation des spectacles et les conséquences de la circulaire Collomb du mois de mai dernier. J'avais eu l'occasion d'interpeller le ministre sur ce point. Le syndicat des musiques actuelles et le Prodiss ont déposé un recours contre ce texte. Ils en demandent l'annulation. Il est fortement préjudiciable pour la pérennité des spectacles et des festivals, dont l'équilibre économique est menacé. Je constate, de manière ...

Photo de André GattolinAndré Gattolin :

.... Il y a ainsi eu une erreur sur le Pass culture. On a commencé par créer la plateforme avant de se poser la question de la méthodologie, de la tarification, de son contenu, de la place à octroyer aux différents acteurs culturels (lieux, plateformes ...) en son sein. Je suis content de savoir que le nouveau ministre s'attaque à cette question. La critique sur la baisse du crédit d'impôt pour le spectacle vivant est fondée. Ce crédit d'impôt est essentiel. S'agissant du fonds d'urgence, créé suite aux attentats de 2015, je rappelle qu'il ne devait fonctionner à l'origine qu'un an. Il est cofinancé par l'Etat, le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), la Ville de Paris et les sociétés de gestion de droits. Nous avions obtenu, à la commission des finances, qu'il soit prorogé e...

Photo de Céline BrulinCéline Brulin :

...'improbable logique dans laquelle s'est engagée cette affaire, il reste beaucoup d'interrogations sur les partenaires qui vont s'engager, mais aussi sur les raisons qui vont les inciter à le faire. Il faut également prendre en compte les incertitudes et les inquiétudes qui traversent le monde de la culture - les écoles d'art ont été évoquées. Je rejoins ce qui a été dit sur les intermittents du spectacle. Plusieurs annonces ont été faites, y compris sur la réforme des retraites. Elles ne peuvent que les inquiéter. Je terminerai par la suppression du fonds d'urgence. Cela peut avoir des effets extrêmement graves. Certes, on est sur une autre échelle, mais j'ai constaté que dans mon département qu'au mois de juin des manifestations comme des fêtes de fin d'année dans les écoles ont été remises en...

Photo de Sylvie RobertSylvie Robert, rapporteure pour avis :

L'amendement n° II-335 concerne le crédit d'impôt spectacle vivant. Tout comme moi, vous avez lu dans la presse que le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale veut clairement en réduire le nombre. Il s'est fait partiellement reprendre par le Gouvernement, mais il continue cette bataille, pour mettre fin aux crédits d'impôt consacrés à la culture notamment. Pour reprendre ses propos, il considère que l'évaluation dans le domaine de la culture ...

Photo de Françoise LabordeFrançoise Laborde :

Dans l'hémicycle j'évoquerai les arts du cirque qui ne sont pas éligibles au crédit d'impôt spectacle vivant alors même que le cirque constitue l'une des esthétiques du spectacle vivant. Nous les avons reçus dans le cadre du groupe d'études arts de la scène, arts de la rue et festivals en régions.

Photo de Jean-Pierre LeleuxJean-Pierre Leleux :

...ait une contribution des grandes plateformes internet ou des fournisseurs d'accès. Jusqu'ici les fractions des taxes sont orientées vers le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC). Nous défendons le cinéma, mais il faut compenser les déséquilibres en finançant la Maison commune et le futur Centre national de la musique. Comment y parvenir ? A-t-on pu évaluer le crédit d'impôt pour le spectacle vivant musical ou de variétés instauré il y a deux ans ? Est-il un levier pour l'industrie musicale ? Sera-t-il amplifié dans les années à venir ? Le Pass culture est une bonne idée mais comment sera-t-elle concrétisée ?

Photo de Maryvonne BlondinMaryvonne Blondin :

Si nous souscrivons aux principes de ce budget, nous en attendons les réalisations concrètes. Le ministère de l'intérieur a mandaté le préfet Guépratte pour aboutir sur le référentiel « Sécuri-site ». Que deviendra le fonds d'urgence ? Si l'État s'occupe de l'ordre public, c'est aux organisateurs de spectacles qu'il revient de payer la sécurisation de leur manifestation. Mais ils piochent souvent, pour ce faire, sur le budget prévu pour l'artistique... Selon certains, un transfert vers le Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIPDR) serait justifié. Le Fonds national pour l'emploi pérenne dans le spectacle (Fonpeps), mis en place en 2017, a été peu utilisé. S...

Photo de Jacques GrosperrinJacques Grosperrin :

J'apprécie vos propos, madame la ministre, mais j'aimerais obtenir des précisions. Vous avez parlé de « l'école de la confiance » et du droit à la vie culturelle et artistique. Il existe des crédits d'impôt sur le spectacle vivant et de variétés, sur les oeuvres phonographiques, sur l'audiovisuel, sur le cinéma, sur les créations de jeux vidéo et même sur les casinos entrepreneurs de spectacles. Or, à ce jour, la seule activité culturelle de création qui ne dispose pas de crédit d'impôt, c'est le théâtre, public et privé. Or le déferlement de jeunes et de familles que vous avez évoqué, on le voit aussi en Avignon.

Photo de Sonia de La ProvôtéSonia de La Provôté :

...aisons de l'architecture et d'autres lieux, comme le Pavillon de Caen, une politique spécifique est-elle menée ? Le projet urbain fait partie de la culture des citoyens. Il faudra s'investir dans ce domaine et encourager les collectivités qui se sont lancées dans ces projets, très innovants. Vous avez partiellement apporté des réponses sur les emplois aidés, très répandus dans les entreprises du spectacle vivant, mais j'aimerais des précisions sur leur rôle : étaient-ils consacrés à l'accompagnement administratif ou participaient-ils aux métiers artistiques ? Enfin, je rejoins mes collègues sur le Pass culture : l'accès à la culture se joue dès avant 18 ans. Que faire pour offrir une trajectoire culturelle réelle aux enfants, quels que soient leur lieu d'habitation et leur situation sociale ? Il...

Photo de Vincent EbléVincent Eblé, rapporteur spécial :

À la suite des attentats de novembre 2015, en particulier les événements tragiques survenus au Bataclan, les salles de spectacle ont dû renforcer les dispositifs de sécurité, alors même qu'elles faisaient face à une chute parfois brutale de la fréquentation. Près de six mois après les attentats de novembre 2015, il nous a donc paru utile de procéder à un premier bilan des conséquences budgétaires des attaques terroristes sur le secteur du spectacle vivant. Le budget culturel public subit le contrecoup des attentats de de...

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur spécial :

Les trois principaux contributeurs du fonds sont le Centre national des variétés, le ministère de la culture et de la communication et la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, la SACEM. La mairie de Paris et la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, la SACD, l'abondent également. Nos interlocuteurs ont souligné que l'ensemble des acteurs du spectacle vivant privé collaborent pour faire vivre ce fonds d'urgence, ce qui constitue une réussite notable pour un écosystème culturel souvent marqué par d'importantes rivalités. Le fonds d'urgence intervient selon deux axes : la compensation partielle de pertes de recettes, liées à la chute de la fréquentation, et l'aide à la mise en sécurité des salles. Les demandes sont de plus en plus orientées sur...

Photo de Vincent EbléVincent Eblé, rapporteur spécial :

...s'est stabilisée, afin d'éviter les effets d'aubaine. Si le fonds est effectivement reconduit dans les années à venir, en 2017 et 2018, il faudra sans doute engager une réflexion sur son mode de fonctionnement, car il ne s'agira plus réellement d'un outil mis en place dans l'urgence. Il faudra notamment préciser ses finalités : s'agit-il d'un simple instrument de soutien économique au secteur du spectacle vivant ? Ou l'État voudra-t-il encourager la mise en place de mesures de sécurités définies ? Les dépenses prises en compte devront aussi être précisées : la nature des surcoûts pris en charge devra être indiquée plus clairement et l'exclusion des dépenses d'investissement du fonds pourrait être revue.

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur spécial :

...Villa Médicis, à Rome, j'ai pu constater que le durcissement des mesures de sécurité préoccupait également cette institution, qui a vu ses coûts de sécurité doubler. Certes, les carabiniers italiens participent à l'effort de sécurisation, mais il faut aussi accroître le nombre de vigiles. Nous espérons avoir pu vous éclairer sur les enjeux budgétaires auxquels fait face aujourd'hui le secteur du spectacle vivant à la suite des attentats. C'est un sujet auquel nous serons tout particulièrement attentifs lors de l'examen des textes budgétaires de l'automne prochain.

Photo de Albéric de MontgolfierAlbéric de Montgolfier, rapporteur général :

Le CNC a-t-il constaté une baisse de fréquentation des salles de cinéma ? Ou seul le spectacle vivant est-il concerné ? Qu'en est-il des parcs de loisirs ?

Photo de Maurice VincentMaurice Vincent :

J'ai le sentiment que le coeur de Paris a été particulièrement impacté, et sans doute aussi la région parisienne. En province, en revanche, le retour à la normale a eu lieu assez rapidement, dès le mois de février. Il y a certes davantage de contrôles de sécurité, mais le public, me semble-t-il, est revenu dans les salles de spectacle. Mon constat est-il trop optimiste ?

Photo de Philippe DallierPhilippe Dallier :

...e difficile. Il faut pourtant penser non seulement à Paris mais aussi à sa banlieue, non seulement aux grands établissements subventionnés mais aussi aux centres culturels communaux gérés par des associations qui ne vivent que des billets d'entrée et des crédits municipaux. Le mois de décembre a été pour ces centres une grande dégringolade ! Or aucun dispositif n'est prévu pour eux. En dehors du spectacle vivant à proprement parler, le CNC dispose de moyens d'investissements importants pour les salles de cinéma. Peut-être pourrait-il contribuer à l'effort de compensation de la baisse de fréquentation des petits cinémas indépendants, baisse qui a eu un retentissement énorme sur ces associations, pour l'exercice 2015 impacté par deux fois.

Photo de Daniel RaoulDaniel Raoul :

J'aurais voulu savoir comment définir le périmètre du spectacle vivant. Philippe Dallier évoquait le cinéma ; je pense quant à moi au sport. La baisse de fréquentation des stades a été très nette au début de cette année. Or le sport est pour moi un spectacle : j'aime bien contempler le ballet des footballeurs ! Je m'inquiète par ailleurs des menaces pesant sur l'Euro 2016, en particulier concernant les fans zones. Les organisateurs de ces événements réalisen...

Photo de Thierry CarcenacThierry Carcenac :

Nous connaissons bien le rôle du spectacle vivant dans l'activité économique d'un territoire ; nous l'avons constaté à l'occasion de grèves. On a dû pouvoir tirer le bilan des pertes de recettes liées aux attentats sur l'exercice 2015. À cet impact, selon votre présentation, s'ajoute la nécessité, pour les opérateurs privés, de procéder à la mise en sécurité des salles. Ces frais d'investissement et de fonctionnement pour la sécurité devr...