Interventions sur "technologie"

201 interventions trouvées.

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, rapporteur :

Nous voyons se dessiner dans votre déclaration une stratégie et des modalités liées aux responsabilités spécifiques de votre ministère, puisque vous avez développé, fort justement à mon avis, une politique favorable à l'investissement. Je souhaite vous interroger sur votre stratégie. On pourrait en effet vous reprocher de supposer le problème déjà résolu. Vous voulez investir dans les technologies de rupture, mais la France est un pays de taille moyenne - le marché français représente 4 à 6 % du marché mondial -, et on ne connaît qu'a posteriori les technologies qui s'avèrent « de rupture », non a priori ; cela pose un problème d'allocation des ressources. Nous ne savons pas par avance ce qui va fonctionner auprès d'un public qui est mondial. Vous avez évoqué trois sujets de rupture. L'i...

Photo de André GattolinAndré Gattolin :

J'aurai une première question de détail. Vous avez évoqué trois secteurs industriels identifiés par le Gouvernement en ce qui concerne la blockchain, mais vous n'en avez cité que deux. Quel est le troisième ? Par ailleurs, vous avez dit au sujet des technologies de rupture que, sans le relais des financements européens, nous n'y arriverions pas. Or l'article 107 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne permet un certain nombre de dérogations en ce qui concerne les aides d'État. C'est par exemple dans ce cadre que deux projets importants d'intérêt européen commun (Piiec) ont été décidés, l'un dans le secteur de la microélectronique, l'autre ...

Photo de Bruno SidoBruno Sido, sénateur :

Est-il possible de préciser dans combien de temps ces technologies complexes vont commencer à se concrétiser ?

Photo de Bruno SidoBruno Sido, sénateur :

Encore une fois, la liberté est menacée si l'on parvient à décrypter rapidement les messages avec ces technologies.

Photo de Catherine ProcacciaCatherine Procaccia, sénateur, vice-présidente de l'Office :

... à l'étranger, on exige un certain nombre de rappels de vaccinations à l'entrée à l'université. Qu'en est-il en France ? On sait bien aussi que le développement et la réapparition de certaines maladies sont liés au fait que des personnes viennent de l'étranger sans être vaccinées. À propos de l'absence de vaccin contre le paludisme, dans le prolongement de notre rapport pour l'Office sur les biotechnologies, j'ai reçu récemment, il y a quelques semaines, les représentants d'un laboratoire qui travaille sur plusieurs pistes de mise au point d'un vaccin sûr contre le paludisme. Il existe aussi d'autres techniques ; qui s'appuient sur le forçage génétique chez le moustique ; pour ma part, j'ai du mal à comprendre qu'on puisse craindre des conséquences sur les moustiques et pas sur les centaines de mil...

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, rapporteur :

Sur le financement de ce secteur aux technologies extrêmement évolutives, l'appel aux capitaux extérieurs est une nécessité. Vos salariés, quand bien même ils seraient nombreux et bien payés, ne peuvent soutenir de tels investissements.

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, rapporteur :

Je reviens sur le rôle de l'État chinois. Le département d'État aux États-Unis est un acteur du secteur des hautes technologies, en agissant sous forme d'achats préférentiels ou de subventions. Comme j'ai pu le constater comme ministre de l'industrie ou de la défense, les entreprises françaises savent également se tourner vers l'État pour obtenir des soutiens et des financements. Ma question est importante : Huawei s'efforce-t-elle, comme les autres entreprises américaines ou françaises, de bénéficier des subventions, de...

Photo de Pierre OuzouliasPierre Ouzoulias :

...nus par le gouvernement américain - qui n'hésite à brandir des menaces de représailles économiques à l'occasion notamment de l'annonce, par Paris, du projet de taxer ces Gafam - et un autre qui rassemble les autres acteurs du numérique. L'Europe semble ainsi être le champ de bataille de ces deux blocs, comme nous ne pouvons que le constater, en raison de la modicité de nos investissements dans la technologie numérique qui nous prive des premiers rôles dans ce secteur. D'ailleurs, nous le regrettons tous collectivement et c'est sans doute l'une des raisons de la constitution de cette commission ! Dans ce conflit qui touche l'Europe, estimez-vous que le RGPD, l'open source et l'interopérabilité, fournissent des moyens de défense contre les Gafam et l'opportunité de proposer aux consommateurs européens ...

Photo de André GattolinAndré Gattolin, rapporteur :

...rnier, Space X, la compagnie de l'américain Elon Musk, a effectué le premier lancement commercial de sa fusée lourde, Falcon Heavy. Plus que le lancement lui-même, ce qui importe le plus, c'est que les trois moteurs de la fusée ont été récupérés. Ils pourront être réutilisés, au moins partiellement, pour un prochain lancement. C'est une révolution, qui marque l'avènement de la fusée réutilisable, technologie qui n'existait pas jusqu'à présent. L'usage des fusées réutilisables abaisse le coût des lancements et favorise des projets de constellations censées s'étendre tout autour du globe pour toujours plus de connexions et aussi une privatisation des communications. Cette évolution s'intègre dans un mouvement plus large qu'on appelle le New Space, c'est-à-dire une ouverture de l'espace à de nouveaux a...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville, sénatrice :

...à répondre aux objectifs nationaux de la PPE. Elle s'intéressera à la manière d'atteindre les objectifs d'augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, fixés par la France et par l'Europe. Nous entendrons le point de vue des acteurs publics français (DGEC, ADEME), des industriels et des chercheurs. La seconde portera sur les axes de recherche et de développement des technologies du futur. Ces réflexions ne répondent pas forcément à des contraintes publiques déjà fixées, mais ouvrent des perspectives de développement. L'Office examinera, ultérieurement, ses conclusions sur cette matinée, en incluant les réflexions découlant de l'audition sur la recherche en matière d'énergie nucléaire, qui a eu lieu l'an passé. Je remercie tous les participants de leur présence ce mati...

Photo de Jean-François RapinJean-François Rapin, rapporteur :

... L'année 2019 se terminera par une conférence intergouvernementale de l'Agence spatiale européenne qui définira les grandes orientations des prochaines années, y compris en ce qui concerne la recherche sur les lanceurs. Cela me permet d'évoquer Ariane 6, qui doit répondre aux lanceurs de Space X. Les orientations retenues visent à réduire les coûts et les délais de fabrication et à développer des technologies réutilisables. C'est encourageant, mais comme le résumait une des personnes que nous avons auditionnées : maintenant, il faut que ça marche ! Notre industrie du satellite est très compétitive et de haute qualité. Ainsi Thales est en train de fabriquer pour Eutelsat un satellite Konnect VHTS qui couvrira en très haut débit toute l'Europe, sans zones blanches, en 2022. Il lui faut un lanceur moins...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville, sénatrice :

...de votre présence. Vous êtes du côté de la recherche publique, en tant que directrice du CEA-Liten et présidente de la commission industrie, emploi et innovation du Syndicat des énergies renouvelables. Je rappelle que le CEA est depuis 2010, soit près de dix ans déjà, devenu le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, et que le Liten est le laboratoire d'innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux. L'Office a travaillé récemment de manière très fructueuse avec le Liten, pour notre rapport sur les scénarios technologiques pour la décarbonation du parc des véhicules thermiques en France à l'horizon 2040. Madame Lambert évoquera les grandes tendances de développement des énergies renouvelables explorées au CEA, en nous proposant sans doute des illu...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville, sénatrice :

Notre prochain intervenant est M. Didier Roux, spécialiste des questions énergétiques à l'Académie des sciences, membre également de l'Académie des technologies, ancien directeur de la R&D du Groupe Saint-Gobain. Il intervient régulièrement devant l'Office sur l'énergie et nous le remercions de sa disponibilité. L'Académie des sciences a publié en juin 2018 un cahier d'acteurs sur la transition énergétique, avec un regard critique sur les politiques énergétiques en cours, notamment sur le développement du photovoltaïque. Nous avons eu, en octobre derni...

Photo de Annie Delmont-KoropoulisAnnie Delmont-Koropoulis, sénatrice, rapporteure :

...r des données et au risque de leur exploitation malveillante, coercitive ou commerciale, en particulier vis-à-vis de personnes vulnérables, par des assureurs, ou des plateformes médicales, voire l'assurance maladie ». Sur l'IA plus spécifiquement, le CCNE constate que, « quel que soit le canal par lequel sont remontées les réflexions », prévaut la considération des « promesses » de ces nouvelles technologies : « mettre un frein à leur développement (...) pourrait être analysé comme contraire à l'éthique. ». Pour autant, « des interrogations voire des inquiétudes » existent sur le risque de déshumaniser la médecine. En résumé, les rapporteurs de l'Office constatent la comparabilité, voire l'identité, des enseignements des états généraux avec les informations qu'ils ont recueillies à l'occasion de le...

Photo de Patrick ChaizePatrick Chaize :

Merci de cette présentation. Plusieurs pistes s'offrent à nous ; mais ne faudrait-il pas faire un choix unique de technologie, sachant que chacune nécessite des investissements considérables en fait d'infrastructures, lesquelles renchérissent les coûts ? Si nous faisons le choix de l'énergie, comment pourrons-nous faire face aux besoins en production d'énergie, notamment en pointe ? Faudra-t-il prendre des mesures d'encouragement ? Enfin, vous n'avez pas évoqué une technologie française, le moteur à air comprimé, qui ...

Photo de Angèle PrévilleAngèle Préville :

Merci pour ce travail crucial. La technologie évolue avec les batteries àélectrolyte solide et les piles zinc-air, mais les gouvernements, par leur lenteur à s'adapter, n'auraient-ils pas des problèmes d'agilité ? Pour l'instant, aucune solution n'émerge entre électrique et hydrogène, même si l'hydrogène semble de plus en plus clairement indiqué pour les transports lourds.

Photo de Stéphane PiednoirStéphane Piednoir, rapporteur :

Le rôle de l'Opecst est d'évaluer les choix scientifiques et techniques, pas de déterminer des politiques fiscales et économiques. Nous avons rencontré beaucoup de défenseurs de telle ou telle technologie, y compris l'air comprimé. Depuis vingt ans, cette technologie essaie de se développer, mais nous n'avons pas eu accès à des tests scientifiques fiables dont nous aurions pu faire état dans un rapport de l'Opecst. Or nous avons besoin de certitudes. Il est certain que ce serait une énergie neutre, l'air comprimé étant une ressource abondante. Monsieur Buis, pour que l'hydrogène soit rentable, il...

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, président de l'Office :

... crédibilité à ces notes auprès de leurs collègues que n'auraient pas les scientifiques seuls qui seraient facilement jugés trop techniques ou compliqués. C'est un assez bon équilibre. Nous avons commencé l'élaboration des premières notes à la fin 2017, et les premières notes scientifiques ont été publiées en mars 2018. Depuis un an, douze notes ont été produites et publiées. Avec celle sur les technologies quantiques que nous allons examiner ensuite, cela ferait même 13, mais restons-en à la publication d'ensemble des 12 premières, qui correspondent pour faire simple à une par mois en moyenne. Sur le fond, ces notes ont concerné les thèmes principaux d'intervention de l'Office, seul le thème des sciences de la vie apparaissant un peu moins représenté : le numérique, avec les notes objets connecté...

Photo de Gérard LonguetGérard Longuet, sénateur, président de l'Office :

...ndialisation de la recherche, la Chine et les États-Unis sont en mesure de « mettre des milliards sur la table ». Mais on peut gérer avec pertinence des moyens moindres, en s'appuyant sur un socle de recherche et peut-être de méthodologies moins onéreuses, mais qui parviennent néanmoins à des résultats solides puisque les prix Nobel sont au rendez-vous. Je retiens en tout cas de ce sujet que les technologies quantiques ne remplaceront pas les ordinateurs classiques de la même manière que le moteur électrique a remplacé la machine à vapeur, mais qu'elles permettront des avancées importantes et des recherches innovantes. Est-ce qu'il ne nous appartient pas, dans un tel cas, de saisir les commissions permanentes et, plus généralement, nos assemblées respectives, de la question de la politique à définir...

Photo de Laure DarcosLaure Darcos, sénatrice :

J'ai rencontré hier des chercheurs du Génopole qui m'ont dit que même si l'on va, dans le domaine de la santé, vers le développement de flux de données très importants pour la recherche, il demeure des freins réglementaires, avec une surveillance très rigoureuse de la CNIL. Les technologies quantiques sont-elles de nature à permettre de sécuriser parfaitement ces transferts de données et à rassurer sur l'impossibilité de les détourner ?