Interventions sur "terre"

418 interventions trouvées.

Photo de Cédric PerrinCédric Perrin, rapporteur pour avis, pour le programme 146 « Equipements des forces » :

L'armée de terre a été bien servie par la loi de programmation militaire, et je pense qu'elle vous le doit en grande partie. En effet, vous nous présentez une vision et des objectifs clairs de ce que doit être l'armée dans les années qui viennent. Vous avez parlé d'innovation. Nous avons eu, il y a quelques jours, une réunion avec nos collègues allemands. Pouvez-vous nous en dire plus sur la coopération europée...

Photo de Jean-Marie BockelJean-Marie Bockel, rapporteur pour avis budgétaire pour le programme 178 « Préparation et emploi des forces » :

Mon Général, je vous remercie de l'attention que vous portez à notre commission et au travail des rapporteurs tout au long de la préparation du budget. Je souhaite connaître votre diagnostic sur la disponibilité technique opérationnelle - DTO - des équipements de l'armée de terre. Le niveau d'usure et de moindre disponibilité des matériels non encore renouvelés est alarmant. Vous avez évoqué les pistes pour l'avenir. Comment passera-t-on d'ici 2025 de 15 à 40% des activités industrielles de maintenance réalisées par les industriels ? Est-ce la bonne solution ? Comment faire que cela le devienne ? En outre, on annonce la création de « groupes de maintenance à proximité d...

Photo de Joël GuerriauJoël Guerriau, rapporteur pour avis budgétaire pour le programme 212, « Soutien de la politique de défense » :

... efforts d'équipement, en vêtements de sport, d'uniforme, en armes. Que prévoit le projet de loi de finances pour 2019 pour la vie courante du soldat ? Vous avez évoqué la décentralisation des décisions. Qu'en sera-t-il ? Comment allez-vous la mettre en oeuvre ? Pouvez-vous nous préciser si les montants d'investissement seront suffisants pour parvenir à une situation satisfaisante pour l'armée de terre ? Combien manque-t-il en termes de crédits pour la politique immobilière sur la durée de la LPM ? Après la marine, c'est l'armée de terre qui devra basculer sur le nouveau logiciel de paie « Source Solde ». L'échéance a été reportée et la durée des tests allongée. Le logiciel doit être adapté au prélèvement à la source. Cela entraîne une hausse substantielle des crédits qui lui sont affectés. Ê...

Photo de Gilbert RogerGilbert Roger, rapporteur pour avis budgétaire pour le programme 212, « Soutien de la politique de défense » :

L'armée de terre va-t-elle bénéficier d'augmentations d'effectifs pour 2019 ? Si oui, à quelle hauteur ? A quelles priorités va-t-elle affecter ces renforts? L'armée de terre connaît-elle, à l'instar des autres armées, des problèmes de fidélisation et comment y répond-elle? La révolution Scorpion va-t-elle induire des changements dans les besoins des ressources humaines de l'armée de terre? Enfin, vu de l'armée...

Photo de Pascal AllizardPascal Allizard, rapporteur pour avis budgétaire pour le programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

...nt ? De manière prospective, comment évaluez-vous la menace russe, notamment après l'exercice Vostok 2018 ? Vos moyens vous paraissent-ils en rapport avec cette pression croissante qui remonte à l'est ? Je partage la question de notre collègue Cédric Perrin sur le futur char commun avec l'Allemagne. Avons-nous les mêmes besoins et les mêmes attentes ? Enfin, vous nous avez parlé de Battle Lab Terre. La ministre des armées rappelle à juste titre l'importance de l'innovation, préoccupation traduite par la création de l'agence de l'innovation de défense. Toutefois, on assiste à une multiplication des organes dédiés. Comment toutes ces structures vont-elles cohabiter ?

Photo de Michel BoutantMichel Boutant, rapporteur pour avis budgétaire pour le programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

On a pu constater, par le passé, que les équipements destinés à l'armée de terre étaient en quelque sorte les parents pauvres des crédits d'études amont. Pensez-vous que les matériels terrestres vont profiter de ces crédits en 2019 ?

Photo de Rachel MazuirRachel Mazuir :

Le numérique prend une place de plus en plus importante. J'ai participé à un atelier organisé par l'université de la défense. La question a été posée de l'impact que pouvait avoir le numérique sur la chaîne de commandement. J'avoue que les réponses apportées m'ont laissé sur ma faim. Général Jean-Pierre Bosser, Chef d'état-major de l'armée de terre. - Nos soldats méritent qu'on s'occupe d'eux. Le chef d'état-major de l'armée de terre est là pour cela. Je le fais sans complexe. Je l'ai dit à la réunion de commandement qui a eu lieu il y a quelques semaines avec le CEMA et l'ensemble des chefs militaires : si j'avais été le chef d'état-major de la marine, je me serais battu pour les SNA BARRACUDA, si j'avais été le chef d'état-major de l'armé...

Photo de Christine PrunaudChristine Prunaud, co-rapporteur pour avis du programme 178 « Préparation et emploi des forces » :

La tendance est à l'augmentation des activités industrielles de maintenance des équipements aéronautiques et terrestres, réalisées par les industriels dans le cadre de contrats globaux. Est-ce la bonne solution ? Avez-vous participé à l'évaluation des bénéfices attendus de cette évolution ? Aiderez-vous à la mise en place de ces nouveaux contrats de maintenance ?

Photo de Pascal AllizardPascal Allizard, co-rapporteur pour avis du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense » :

...nformation de cyberdéfense. Pourriez-vous nous préciser les moyens consacrés à ces études et leurs objets ? Cela permettra-t-il de se dégager de Palantir ? Enfin, la ministre des armées a rappelé à plusieurs reprises l'importance de l'innovation, illustrée par la création de l'AID. Dans le même temps, on constate une multiplication des organes dédiés : DGA Lab, Innovation Defense Lab, Battle Lab Terre... Comment toutes ces structures vont-elles coexister ?

Photo de Jean-Marie BockelJean-Marie Bockel, rapporteur pour avis sur le programme 178 :

Général, je voudrais attirer votre attention sur la disponibilité technique opérationnelle (DTO). Celle des hélicoptères de manoeuvre de l'armée de Terre a augmenté de 15 % par rapport à 2016, mais elle ne permet de remplir que 57 % du contrat opérationnel. Celle des chars Leclerc souffre de l'engagement du personnel en charge de sa maintenance dans l'opération Sentinelle, et celle des chars AMX-10 RC du vieillissement du parc, malgré les efforts de prolongation de sa durée de vie. Je pourrais également parler des VAB, qui souffrent d'un déficit ...

Photo de Christine PrunaudChristine Prunaud, rapporteure pour avis sur le programme 178 :

Général, je souhaiterais vous interroger sur la préparation opérationnelle, qui concerne l'ensemble de la force opérationnelle terrestre, soit 77 000 militaires, et sur la préparation opérationnelle interarmées, qui vise à atteindre le stade opérationnel numéro 2 et concerne 40 000 militaires sur la base du contrat opérationnel. Il semble que le nombre de journées de préparation opérationnelle ait augmenté. La remontée de la force opérationnelle terrestre devait permettre une reprise progressive des activités mais, dans le mê...

Photo de Cédric PerrinCédric Perrin, rapporteur pour avis sur le programme 146 :

Général, vous avez dit que vous étiez fier de commander l'armée de Terre. En mon nom personnel et au nom de notre commission, je tiens à dire que nous sommes également fiers des soldats que vous commandez, que ce soit en opérations intérieures ou en opérations extérieures. On ne le souligne pas suffisamment, et il faut le rappeler. J'ai eu l'occasion de me rendre à Percy, début août, après l'attentat de Levallois-Perret, les soldats atteints dans cette attaque étant ...

Photo de Joël GuerriauJoël Guerriau, rapporteur pour avis sur le programme 212 :

Général, merci pour vos propos optimistes. L'armée de Terre possède le plus gros bataillon de réservistes du ministère de la défense - 18 751 personnes sur 32 000. Combien de réservistes emploie-t-elle chaque jour ? Pour quelles fonctions sont-ils prioritairement utilisés ? Quel bilan retirez-vous de leur participation à l'opération Sentinelle ? Le recrutement est-il satisfaisant et permet-il d'augmenter les effectifs, conformément aux objectifs fixés...

Photo de Gilbert RogerGilbert Roger, rapporteur pour avis sur le programme 212 :

Général, on a beaucoup parlé de l'opération Sentinelle. On aimerait ne pas se payer de mots. Pourrait-on prévoir un temps de travail sur la nouvelle organisation, telle que vous la voyez, au service de la sécurité intérieure ? J'ai par ailleurs constaté que les crédits consacrés à la politique immobilière de l'armée de Terre augmentaient, bien qu'ils aient accumulé un certain retard depuis quelques années. Quels endroits ne bénéficieront-ils pas d'une modernisation ?

Photo de Pascal AllizardPascal Allizard, rapporteur pour avis sur le programme 144 :

Général, pouvez-vous développer la question du renforcement du renseignement tactique, que vous avez abordée ? Par ailleurs, 67 % des militaires de carrière de l'armée de Terre pourraient envisager de quitter l'institution pour changer d'activité, contre plus de 80 % dans la marine, et 55 % des militaires sous contrat envisagent de rompre celui-ci ou de ne pas le renouveler. Comment l'armée de Terre peut-elle relever le défi de la fidélisation des effectifs ? Souhaitez-vous au contraire un turn over selon les compétences ?

Photo de Olivier CigolottiOlivier Cigolotti :

Général, vous avez employé les termes de réparation et de modernisation s'agissant de l'armement. Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit la fourniture de 8 000 HK 416 F, fusil considéré d'ores et déjà comme l'arme individuelle du futur. Quelle est la part consacrée à l'armée de Terre ? À quelle échéance l'ensemble de vos personnels seront-ils dotés de ce nouvel armement ?

Photo de Daniel GremilletDaniel Gremillet :

Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, à peine deux jours après l’adoption de la proposition de loi relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle par le Sénat en première lecture, la commission mixte paritaire, ou CMP, réunie la semaine dernière, est parvenue à un accord. À l’évidence, les divergences entre Assemblée nationale et Sénat n’étaient pas insurmontables, même si elles existaient. Sur les treize articles que comptait la proposition de loi à l’issue de la première lecture au Sénat, s...

Photo de Daniel GremilletDaniel Gremillet :

...itaires classiques. C’est une avancée. C’était tout le sens de l’amendement du Sénat. Sur cette proposition de loi, nous avons cherché à travailler dans un esprit constructif, pour trouver des solutions pragmatiques à de vrais problèmes, au-delà des clivages partisans. La question du foncier agricole reste cependant encore largement ouverte. Si nous voulons que les paysans restent maîtres de la terre indispensable à toute production, tout en permettant les investissements nécessaires à la modernisation des structures agricoles, il nous faudra aller plus loin. C’est une tâche à laquelle je vais m’atteler, en lançant des consultations pour établir un état des lieux plus complet sur la détention et l’utilisation des terres agricoles, avant de proposer les solutions pérennes, dont notre agricult...

Photo de Henri CabanelHenri Cabanel :

...ouble accord : un accord de raison et un accord de cœur. Je commence par l’accord de raison. Nous avions essentiellement trois points de divergence sur les articles 1er, 8 et 10. Ils ont fait l’objet de débats, dans le seul intérêt général. Concernant le foncier et l’article 1er de cette proposition de loi, notre objectif commun est bien de diminuer la spéculation foncière et la dilapidation de terres à des investisseurs étrangers. Il n’est nullement dans notre intention de nous attaquer aux formes sociétaires en général. M. Jérémy Decercle, président national des Jeunes Agriculteurs, indiquait récemment que deux jeunes sur trois choisissent cette entité juridique lors de leur installation. La majorité de ces modèles sont vertueux et revêtent de nombreux avantages : mutualisation de moyens ...

Photo de Michel Le ScouarnecMichel Le Scouarnec :

Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, comme nous l’avions souligné lors des débats en première lecture, la spéculation sur le foncier agricole et forestier n’est pas propre aux pays du sud. C’est une terrible réalité que connaissent aujourd’hui tous nos territoires. En effet, après la forêt et les grands vignobles, ce sont les terres intermédiaires qui sont aujourd’hui dans la ligne de mire d’investisseurs peu scrupuleux, ou trop gourmands. Cela met en danger la transmission et la pérennité des exploitations familiales, déjà affaiblies par une crise dont les effets sont dévastateurs. Si cela continue, il va falloir songer à des nationalisations ; ce n’est pas un gros mot, monsieur le ministre ! Comme le souligne l’auteur d...