Interventions sur "vaccination"

1248 interventions trouvées.

Photo de Christiane KammermannChristiane Kammermann :

a posé une question sur le diagnostic clinique de la grippe et sur les raisons pour lesquelles la vaccination pour l'hiver prochain serait compliquée à organiser.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a souhaité savoir quelles leçons peuvent être tirées des modalités d'organisation de la campagne de vaccination et notamment de la mauvaise association des médecins libéraux et des pharmaciens à celle-ci.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

s'est ensuite interrogé sur l'efficacité du dispositif de vaccination pandémique mis en place. En effet, au 18 janvier 2010, selon les chiffres cités par le HCSP le 29 janvier, 5,74 millions de personnes - 9 % de la population - avaient été vaccinées contre la grippe H1N1. Par comparaison, au 31 janvier, 5,5 millions de personnes avaient répondu à la campagne vaccinale contre la grippe saisonnière organisée comme tous les ans par l'assurance maladie en direction de...

Photo de Jean-Jacques JégouJean-Jacques Jégou, M. Hervé Gisserot :

a demandé si les discussions avec la DGS faisaient apparaître que les achats de vaccins auprès de GSK s'inscrivaient dans une stratégie de vaccination de l'ensemble de la population ou s'ils avaient pour objet de compléter d'autres commandes.

Photo de Marie-Christine BlandinMarie-Christine Blandin :

a posé des questions sur le montant du crédit d'impôt recherche correspondant aux travaux de recherche-développement mené par GSK sur le vaccin H1N1, et sur les conditions dans lesquelles étaient organisés des contacts entre les représentants de GSK et l'OMS. Elle a également voulu savoir si le vaccin pandémique H1N1 de GSK, qui est un vaccin adjuvanté, pourrait être utilisé pour une vaccination saisonnière.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a interrogé M. Jean-Claude Manuguerra sur l'avis du 10 mai du CLCG qui laisse penser qu'une vaccination partielle de la population était plus efficace si elle commençait après le début de la pandémie.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a souhaité savoir pourquoi, lors de sa réunion du 12 mai 2009, le CLCG avait estimé qu'une vaccination à double dose n'était « pas aberrante ».

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a demandé quelle est la justification médicale de la mise à disposition de vaccins pour l'ensemble de la population si l'intérêt de la vaccination est individuel, dès lors que la pandémie est commencée.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a noté que ceci laisse 80 % de la population. Il a souhaité savoir quelles avaient été les conclusions du groupe de travail mis en place par le CLCG pour actualiser la fiche technique sur la stratégie et les modalités d'organisation de la vaccination.

Photo de Marie-Christine BlandinMarie-Christine Blandin :

a demandé si les membres du CLCG avaient conduit une réflexion sur la manière dont les Français recevaient les messages liés à la vaccination. Une telle approche a été conduite aux Etats-Unis et a amené les autorités à ne pas recourir aux adjuvants en raison des réticences de l'opinion publique.

Photo de Christiane KammermannChristiane Kammermann :

Interrogé par Mme Christiane Kammermann, il a indiqué que le syndrome de Guillain-Barré découle dans trois quarts des cas du virus de la grippe lui-même. Quant à l'effet du vaccin, des études tendent à écarter un lien de cause à effet entre la vaccination et l'apparition du syndrome.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a rappelé que l'InVS avait réalisé en septembre 2008 des modélisations des effets du vaccin pandémique H5N1, pour mesurer l'intérêt du recours à la vaccination contre la grippe H1N1 et l'ampleur qu'elle devait prendre selon le temps écoulé depuis le début de l'épidémie. Il a demandé si ces modélisations, dont le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) avait relevé « les aléas potentiels », avaient été confirmées par les faits, et quels étaient les effets estimés d'une vaccination de l'ensemble de la population après le début de la pandémie. Après avoi...

Photo de Jean-Jacques JégouJean-Jacques Jégou :

Elle a répondu positivement à une question de M. Jean-Jacques Jégou sur l'inclusion du virus H1N1 dans le vaccin saisonnier tout en précisant, suite à une remarque de M. François Autain, président, « qu'il n'était pas tout à fait sûr » que ce virus devienne saisonnier. s'est également interrogé sur l'efficacité de la campagne médiatique sur la vaccination, notamment pour inciter les jeunes à se faire vacciner.

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a réitéré sa question sur l'efficacité incertaine de la vaccination et la possibilité d'autres systèmes de lutte contre la pandémie.

Photo de Claude DomeizelClaude Domeizel :

a souhaité avoir des précisions sur les conditions dans lesquelles avait été prise la décision de commander 94 millions de doses de vaccin et sur les raisons ayant conduit à prévoir une vaccination en deux injections, puis à revenir sur cette position. Il a souligné qu'il existait des liens permanents entre les entreprises pharmaceutiques et les médecins, qui reçoivent régulièrement des visiteurs médicaux chargés de la promotion des produits pharmaceutiques. Il a ensuite demandé à M. Didier Houssin des éclaircissements sur les informations récemment parues dans la presse, dont certaines s...

Photo de Alain MilonAlain Milon, rapporteur :

a déclaré, en conclusion du débat, qu'il ne fallait pas oublier, spécialement en France, que la vaccination a sauvé des millions de vies.

Photo de Alain GournacAlain Gournac :

...sur la gestion de l'épidémie grippale, M. Alain Gournac s'est demandé quelles auraient été les réactions si la France, comme la Pologne, avait choisi de ne pas vacciner sa population. S'il est aisé de se montrer critique a posteriori, la ministre a pris les bonnes décisions et s'est montrée responsable en prenant toutes les dispositions pour protéger la population, sans se limiter d'ailleurs à la vaccination. Il a déclaré apporter son entier soutien à son action et aux choix qu'elle a effectués.

Photo de Jean-Pierre GodefroyJean-Pierre Godefroy :

...ésiliations de commandes de vaccins ; - les techniques de production des vaccins disponibles en France, en se référant à la mise en cause, par le président de la commission santé du Conseil de l'Europe, d'un vaccin produit dans un bioréacteur à partir de cellules vivantes et qui pourrait contenir des cellules cancéreuses. Des produits similaires sont-ils diffusés en France ? - les conditions de vaccination des personnes allergiques aux oeufs, qui doivent produire un certificat médical puis se faire vacciner dans un CHU, ce qui peut entraîner des frais et des déplacements importants les dissuadant de recourir à la vaccination.

Photo de Catherine ProcacciaCatherine Procaccia :

...itaires liées au syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), à la grippe aviaire et à la grippe A (H1N1), car on en connaîtra sans doute de nouvelles, d'autant plus que le principe de précaution et le rôle joué par les instances internationales peuvent susciter une réaction mondiale même dans le cas d'une affection bénigne. Il faut également tirer des enseignements de l'expérience de la campagne de vaccination collective, qui a connu quelques dysfonctionnements. Elle a aussi posé des questions sur l'évolution du dispositif de vaccination, sur l'information des médecins sur la grippe A (H1N1), qui ne semble pas avoir été suffisante, et elle a souhaité que la contribution des organismes d'assurance complémentaire à l'achat des vaccins, qui risque d'être répercutée sur les cotisations des assurés, soit...

Photo de Alain MilonAlain Milon :

a remarqué qu'au printemps dernier, la grande majorité des spécialistes, ainsi que l'OMS, recommandaient la vaccination. La minorité qui était d'un avis contraire semble, au bout du compte, avoir eu raison. Pouvait-on pour autant la suivre et faire courir un risque à la population ? La campagne de vaccination a donné lieu, dans les médias, à une campagne de dénigrement de la vaccination choquante, mais qui n'a pas découragé près de six millions de personnes de se faire vacciner, dans des conditions qui n'étaient p...